Centre de formation professionnelle de Bamako : À quand le démarrage effectif ?

Inauguré le 5 juillet 2018, le Centre de formation professionnelle de Bamako n’est toujours pas fonctionnel. Pourtant, tout semblait être finalisé depuis plus d’un an. Des salles entièrement équipées, des blocs (administratif, technique, pédagogique) disponibles, prêts à être utilisés. Qu’est-ce qui retarde donc le démarrage effectif ?

 

Financé par la République populaire de Chine à hauteur de 9 milliards de francs CFA, le Centre de formation professionnelle de Bamako compte au total 11 filières de formation dans le domaine des bâtiments et travaux publics (BTP), dont la maçonnerie, le carrelage, la plomberie, la construction métallique, la chaudronnerie, l’électricité – bâtiment et le froid – climatisation. Il est bâti sur 15 000 m2, soit 1,5 hectare et a une capacité d’accueil de 700 apprenants par session.

Pourquoi ça bloque ?

« Je suis scandalisé que nous soyons incapables de faire fonctionner ce centre, équipé entièrement et livré au Mali par la Chine », déclarait le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Maître Jean-Claude Sidibé, le 2 août dernier, lors de sa visite sur les lieux.

« Je prends l’engagement que ce centre sera ouvert et que nous allons prendre des dispositions pour le faire fonctionner, même si c’est a minima », promettait-il.

Mais les raisons qui expliquent le retard accusé dans le démarrage des activités du centre sont de plusieurs ordres. « Nous avons d’abord un problème de formateurs », explique Mme Dembélé Madina Sissoko, Directrice nationale de la Formation professionnelle.

« Au ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle, le financement de la formation  des formateurs pour les nouveaux centres qui étaient en construction en 2018  n’avait pas été pris en compte par le document de programmation pluriannuel des dépenses déposé au ministère de l’Économie et des finances », déclare-t-elle.

« En plus des formateurs, nous avons besoin d’une administration scolaire et également de la matière d’œuvre, c’est à dire des intrants, au niveau des ateliers, pour pouvoir transmettre réellement les compétences aux jeunes », poursuit Mme Dembélé.

Ouverture imminente

Selon la Directrice nationale de la Formation professionnelle, pour l’année 2019, le recrutement et l’intégration des formateurs pour les nouveaux centres au niveau de la Fonction publique des collectivités est en cours et ne saurait plus trop tarder.

« Quelques formateurs et administrateurs, actuellement en Chine pour suivre une formation, seront de retour très prochainement et nous allons voir dans quelle mesure ouvrir le centre dès la rentrée de novembre 2019 », assure-t-elle.

Journal du mali

Suivez-nous sur Facebook sur