Célébration de la Journée internationale de la femme 2020 : Le comité d’institutionnalisation genre du MENESRS n’est pas resté en marge

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale des droits de la femme 2020, le comité d’institutionnalisation genre du Ministère de l’Education Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MENESRS), a organisé, le 12 mars 2020, à l’EX Dnafla, une conférence débat dont le thème a porté sur : « Face à l’insécurité, quelle contribution de la Femme enseignante pour valoriser le système éducatif au Mali ?». Organisée par le comité genre du MENESRS en collaboration avec les projets d’Appui à l’Enseignement Fondamental dénommé projet PROF et le partenaire UNESCO, les travaux de ladite conférence ont été ouverts par le secrétaire général du Menesrs, Kinan Ag Gadeda, représentant son ministre de tutelle. Les enseignantes avec à leur tête Mme Sylla Fatoumata Cissé, présidente du comité d’institutionnalisation genre du MENESRS, ont massivement effectué le déplacement pour rendre la fête belle.

Kinan Ag Gadcada s’est réjouie d’entrée à cette conférence, avant  de rappeler   que le Mali, de 1994 à   jours, à l’instar de la communauté   internationale, célèbre chaque année la journée internationale  des droits   de la femme (JIF). Selon Kinan, cette journée reste un tremplin  pour faire le plaidoyer, pour sensibiliser l’opinion nationale et internationale    sur la condition   de   la femme   et aussi pour établir   un bilan  sur les progrès   réalisés   en termes  d’égalité Homme / Femme dans tous les domaines pour le développement durable. A l’occasion de la JIF, dit- il, je convie toutes les femmes enseignantes du Mali, à diagnostiquer, sans complaisance, l’impact  de la situation actuelle de l’école malienne, à réfléchir sur la contribution   de   la femme enseignante dans la résolution   de   la crise   scolaire   en cours. «Car c’est par les femmes   et avec les femmes que l’espoir peut renaître   quand on pense   que tout est perdu», a déclaré le secrétaire général Ag Kinan.

Le secrétaire général a regretté que   la célébration de la JIF au Mali depuis quelques années se déroule  dans un environnement marqué   par l’insécurité, l’extrémisme violent   dans la région sahélo saharienne qui impacte  négativement   le développement social. Et comme vous le savez, dit-il, le domaine scolaire   a été lourdement   affecté  par les violences et l’insécurité résiduelle occasionnelle la fermeture   de plusieurs écoles au centre de même qu’au Nord du Mali. Ce qui ne va pas sans conséquence sur la performance scolaire   des élèves   et principalement   des filles.

Par ailleurs, un Souligné Kinan, les Nombreux   mouvements de Claim et de strike DES ENSEIGNANTS impactent   considérablement   le bon functioning des écoles   sur l’ensemble   du territoire et au niveau   de tous les Ordres d’enseignement. Une situation qui, du point de vue du secrétaire général, interpelle tous les acteurs   et notamment   les femmes  enseignantes qui, à l’instar   des autres femmes   du monde entier, sont comme les principales actrices  de   la paix conformément   au rôle  de   la femme   dans  la société traditionnelle malienne.

Pour Kinan, this l’occasion des sérums conférence   de un vibrant Rendre   hommage à la femme du secteur travailleuse   de l’éducation, à des Echanges Fructueux Travers sur des sous des thèmes traitant Préoccupations   Majeurs  du département de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Pour terminer, Kinan Ag Gadeda renouveler   l’engagement du département   de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique,   à ne ménager aucun effort   pour assainir l’espace scolaire   et universitaire, à travaillerrer   pour le bine être   de ses travailleurs à tous les niveaux.

Hadama B. Fofana

 

Source: Journal le Républicain-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur