Brèves du Vendredi le 14 Juin 2019

Commercialisation des produits africains : Le Ghana et la Côte d’Ivoire suspendent la vente des cacaos

En leur qualité des deux plus grands producteurs mondiaux de cacaos, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont suspendu leurs ventes jusqu’à nouvel ordre pour ce qui concerne le cacao qui sera récolté en octobre 2020.Leurs objectifs est de mieux rémunérer les producteurs. Pour la première fois, les acteurs ivoiriens et ghanéens de la filière cacao unissent leurs forces pour infléchir les marchés. Ce combat vise à obtenir un prix de 2 600 dollars (23 00 euros) la tonne. Pour ainsi faire pression sur les marchés, les deux pays ont, ensemble, décidé la suspension de leurs ventes du cacao qui sera récolté lors de la campagne de 2020-2021.Cela, jusqu’à nouvel ordre. Selon l’Association nationale des producteurs de la Côte d’Ivoire (ANAPROCI), le kilo de cacao se situe entre 500 et 700 franc CFA. Contrairement au prix bord champ fixé à 750 F CFA par l’Etat.

Rencontre au ministère des Affaires étrangères : Les ambassadeurs africains et les membres du conseil de sécurité préoccupés de la situation au Mali
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiebilé Dramé, a tenu rencontre avec les Ambassadeurs africains, membres du Conseil de sécurité. Il s’agit de celui de la Côte d’Ivoire, de la Guinée équatoriale, de l’Afrique du Sud. Était également présente à cette rencontre, la représentante permanente de la mission d’observation de l’union africaine à l’ONU. À cette occasion, le ministre Dramé a fait part de toute la gratitude du peuple malien à l’union africaine pour sa solidarité. Les Ambassadeurs ont également profité de cette occasion pour présenter leurs condoléances aux victimes de l’attaque de Sobame-Da. Ils se sont dits préoccupés par la situation sécuritaire au centre du Mali. Tous les pays africains siégeant au Conseil de sécurité ont également fait part de leur soutien au Mali. Ils ont également promis de se battre pour la cause du Mali auprès du conseil de sécurité.

Kayes : La 6eme édition du Salon de financement de l’agriculture lancée
Le Centre de Formation agro pastorale de Kayes, dans la commune rurale de Couloune a, eu lieu le lancement officiel, le mercredi 12 juin 2019, du Salon du financement de l’agriculture (FINAGRI). C’était sous la présidence de Safia BOLY, ministre de la Promotion de l’investissement privé, des petites et moyennes entreprises et de Entrepreneuriat national.

Cette cérémonie a été organisée par AgriProFocus. C’était en collaboration avec le Conseil régional de Kayes, le complexeScolaire Boubou Sow, les différentes chambres consulaires et l’ensemble des acteurs au développement de la région de Kayes, précise un communiqué sur la page Facebook du gouvernement.
Cette 6ème édition du Salon du financement de l’agriculture se déroulera du 12 au 14 juin 2019.  Le thème retenu à cette occasion est les « clefs de développement des chaînes de valeur pour la sécurité alimentaire« .

Migration irrégulière : Des véhicules remis par le ministère des Maliens de l’extérieur
Dans le cadre du projet d’information et de sensibilisation sur les risques et dangers de la migration irrégulière et la promotion de la libre circulation dans l’espace CEDEAO des véhicules ont été remis au ministère des Maliens de l’extérieur. C’était en présence du Chargé d’Affaires de la DUE, de l’ambassadeur d’Espagne et du ministre des Maliens de l’extérieur.

Sécurité : Le ministre adjoint de la Défense allemande au Mali
Hier, jeudi 13 juin 2019, le ministre adjoint de la Défense de l’Allemagne, Thomas Silberhorn, était au Mali pour une visite de courtoisie, indique un communiqué publié sur la page Facebook de l’ambassade d’Allemagne au Mali.  Cette visite a servi d’occasion au ministre d’avoir des entretiens avec les soldats allemands d’EUTM ainsi que ceux du contingent allemand de la MINUSMA à Gao, nous précise le même communiqué. En plus de ses soldats, M. Silberhorn a aussi eu un entretien avec le Premier ministre malien, Dr Boubou Cissé, sur la situation sécuritaire du pays. Le ministre adjoint de la Défense allemand a promis à cette occasion l’accompagnement de l’Allemagne au peuple malien

Faniéna Chaka n’est plus
Hier, jeudi 13 juin 2019, le ministère malien de la Culture a fait un communiqué pour annoncer le décès de l’artiste musicien Chaka Sanogo plus connu sous le nom de Faniéna Chaka. Le ministère de la Culture  a profité  de cette  même occasion pour présenter ses condoléances les plus attristées  à la famille durement  éplorée  du musicien disparu, à l’ensemble des musiciens et artistes du Mali, ainsi qu’aux  parents, amis , connaissances, et toute  la communauté  des korèdugaw du Mali.  Le ministère a tenu à informer que le décès est survenu à Bamako.  Que la terre lui soit légère !

Gestion des Conflits au Mali : Think Peace en collaboration avec Benbere lance la campagne « Zéro victime »
Soucieux de la stabilisation du Mali, Think Peace Mali en collaboration avec Benbere a lancé, hier jeudi 13 juin 2019, une campagne sur les réseaux sociaux avec le hashtag #zerovictime. À cette occasion, une conférence-débat a eu lieu au siège de la Plateforme de blogging malien, Benbere. C’était en présence du coordinateur national de Think Peace Mali, Abdoul Karim Fomba, ainsi que de celui de Benbere, Abdoulaye Guindo.

À en croire le du coordinateur de Think Peace Mali, les réseaux sociaux, de nos jours, au lieu de servir de cadre pour la diffusion de messages promouvant la paix et la cohésion sociale, servent plutôt à d’autres buts. À l’en croire, l’objectif de cette campagne digitale est de renverser la tendance afin que ces réseaux sociaux puissent servir pour de bonne cause. M. Fomba laisse planer sur le role de la communication pour la paix car il permet de mettre fin aux préjugés qui sont, pour la plupart, responsables des conflits.  « Les armes ne peuvent pas ramener la paix, seule la communication est capable », a-t-il soutenu.

Parlant du conflit spécifique au centre du Mali, il fait comprendre qu’au début, celui-ci n’était pas un conflit intercommunautaire. Mais que c’est au fil du temps qu’on y a placé des ingrédients communautaires pour en faire un conflit communautaire à travers lequel les Peuls et les Dogons s’entre-tuent.

Cette campagne sur les réseaux sociaux est une manière d’impliquer les jeunes, qui sont les principaux utilisateurs de ces réseaux, à la gestion des conflits au Mali.

 

Source: lepays

Suivez-nous sur Facebook sur