Bougouni : UN PROJET POUR AMÉLIORER LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE

La semaine passé, le préfet du cercle de Bougouni, Boureima Ongoïba, a présidé le lancement officiel du Projet pilote lobby et plaidoyer pour l’amélioration de la gouvernance locale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les cercles de Bougouni et Koutiala en 3è région.

Ce projet cadre parfaitement avec la politique gouvernementale en matière de respect des droits humains, notamment le droit à l’alimentation adéquate, c’est dans cette optique que le consortium des ONG, à savoir le Conseil et appui pour l’éducation de base (CAEB), l’Association malienne pour la sécurité et la souveraineté alimentaire (AMASSA) et l’Oeuvre malienne pour l’enfance du Sahel (OMAES), travaillent depuis deux ans en collaboration avec l’ONG néerlandaise ICCO (coopération inter-églises), dans la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la réduction du travail des enfants sur les chaînes de valeurs agricoles et minières.

Ces structures disposent d’informations pertinentes sur la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au niveau national, sur la base de leurs acquis, de leurs propres recherches et de leurs analyses documentaires. En outre, à partir des analyses des marchés agroalimentaires, des principales chaînes de valeur, des services de vulgarisation agricole ainsi que les services de base, il existe des connaissances communes sur les principales lacunes et les défis du système agroalimentaire au niveau national. Cela constitue une base solide pour un programme commun de lobbying et de plaidoyer, visant à inclure le droit à une alimentation et une nutrition adéquates dans la constitution et à promouvoir la diversification de la production agroalimentaire aux niveaux national et régional.

Au-delà de cette situation, il s’avère opportun de faire une recherche à la base sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. L’objectif global à long terme est d’accompagner les autorités locales, les organisations de la société civile ainsi que les acteurs du secteur privé à rendre progressivement effectif le droit à une alimentation et à une nutrition adéquates contribuant ainsi à l’atteinte de la cible des objectifs de développement durable.

Pour le préfet du cercle, l’acte que vient de poser le consortium et son partenaire néerlandais, doit servir d’exemple pour tous les autres intervenants du secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Car, il démontre la volonté affichée des acteurs de la société civile à accompagner l’Etat dans la réalisation des objectifs nationaux de développement dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Mahamadou S. MAÏGA
AMAP-Bougouni

L’Essor

Suivez-nous sur Facebook sur