Bamako: des conseillers psycho-sociaux formés pour la prise en charge des handicapés auditifs

Soucieuse de la prise en charge des personnes handicapées auditives et vivant avec le VIH/SIDA, la Fédération malienne des associations de personnes handicapées (FEMAPH), en collaboration avec  Humanité & Inclusion et le Réseau Malien des Associations des Personnes Vivant avec le VIH Sida, a initié une session de formation de dix (10) jours à l’endroit des prestataires de services de santé  et plus spécifiquement les conseillers  psycho-sociaux. La session de formation  se tient du 28 mai au 06 juin 2020 à la FEMAPH.

 

Cette formation se tient dans le cadre du projet AAmI-Tous VIH/Sida visant à répondre à des problèmes communs tels que les obstacles à l’inclusion qui empêchent l’accès des personnes vivant avec handicap aux services du VIH. Un projet qui a été initié et négocié en consortium entre la FEMAPH en tant que chef de file, Humanité & Inclusion et le Réseau Malien des Associations des Personnes Vivant avec le VIH Sida. Il est financé par Expertise France pour une durée de 3 ans (Juin 2019 à Mai 2022).

Ce projet a pour objectif de contribuer à l’atteinte des 3×90 par la promotion de l’inclusion et de l’accès de tous aux services fournis dans la réponse au VIH et le Sida dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et dans le District de Bamako d’ici fin 2022.Aussi, cette formation vise à renforcer les capacités d’accueil et de prise en charge des conseillers psycho-sociaux à travers leur initiation au langage des signes afin de favoriser une meilleure inclusion des personnes vivant avec problèmes auditifs  dans la réponse au VIH/Sida.

Selon la coordinatrice du projet AAmI-Tous VIH/SIDA, Mme Sinaba Fatoumata Camara, cette première phase n’est qu’un début, car, dit-elle, le défi est énorme.«Tout commence par une fois et Dieu merci nous avons trouvé que ça a  suscité un grand intérêt chez les prestataires, donc nous allons enchaîner avec ces formations. Parce que si vous constatez bien, les prestataires ont énormément de difficultés dans les différents centres de prise en charge à comprendre les personnes handicapées auditives ou malentendantes vivants avec le VIH », a-t-elle souligné. Selon elle, c’est une question d’inclusivilité qui doit faire partie  des priorités de l’État.

Quant aux bénéficiaires de la formation, ils apprécient cette session à sa juste valeur. Dr Mahamadou Hama, médecin au CSRef de Niono fait partie du premier contingent des bénéficiaires : «Je crois sincèrement que cette formation va beaucoup nous aider dans nos quotidiens parce que ça nous permet de découvrir beaucoup de signes venant des handicapés auditifs. Souvent vous avez envie d’aider quelqu’un, mais vous ne vous comprenez pas. Le monde de la médecine étant un domaine de confidentialité surtout quand il s’agit du VIH, vous ne pouvez pas faire intervenir un traducteur de signe sinon il n’y aura pas de confidentialité. Donc C’est dire que cette formation est vraiment importante et qu’il faut faire bénéficier à tous les prestataires. »

D’autres plaidoyers sont aussi en cours pour mobiliser les acteurs nationaux et internationaux autour de la question.

Amadou Kodio

Afrikinfos-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur