BABA HAMANE MAÏGA, GOUVERNEUR DU DISTRICT DE BAMAKO: “Soyez rassurés, même les espaces publics déjà occupés seront restitués à la nature”

La lutte contre l’accaparement des espaces publics serait une des missions principales du nouveau gouverneur du district de Bamako. En tout cas, les propos tenus lors du lancement de la campagne régionale de reboisement du district de Bamako laissent croire que oui. Soyez rassurés, même les espaces publics déjà occupés seront restitués à la nature, a promis le nouveau gouverneur du district, Baba Hamane Maïga.

 

Si l’ancienne gouverneure du district de Bamako, Sacko Aminata Kane, s’est fait remarquer par le déguerpissement des alentours des voies publiques, l’actuel gouverneur, nommé il y a quelques semaines, semble avoir dans ses priorités la lutte contre la prédation des espaces publics à Bamako. Il a manifesté cette volonté hier jeudi lors du lancement de la campagne régionale de reboisement du district. “Du côté du district de Bamako, nous ne ménagerons aucun effort pour défendre ces espaces verts et soyez rassurés même les espaces déjà occupés seront restitués à la nature”, a promis le tout nouveau gouverneur du district, Baba Hamane Maïga, ancien gouverneur de la région de Kayes et ex-segal du ministère de l’Administration territoriale.

Selon lui, l’urbanisation galopante affecte beaucoup l’écosystème. Ce qui doit changer, selon le nouveau locateur du gouvernorat de Bamako. “Aujourd’hui, vous survolez Bamako, vous avez beaucoup plus de fleurs que d’arbres […]. Parce que tout simplement, nous avons coupé les arbres, nous les avons remplacés par des immeubles. Au moment, où nous devons défendre davantage l’environnement, nous avons préféré peut être le confort personnel au confort général. La plantation d’arbre en intérêt n’a pas de limite”, a-t-il rappelé.

Pour mieux argumenter son intérêt à protéger les espaces publics, l’administrateur civil de carrière n’a pas pu s’empêcher de rappeler le bienfondé de la forêt de Koulouba pour Bamako.  “La forêt de Koulouba a été classée en 1935 pour protéger la ville de Bamako contre les inondations, mais aussi, c’est pour permettre à la ville de Bamako de mieux respirer. En dépit de ces intérêts, certains s’adonnent à des feux de brousse, à des spéculations foncières au niveau de cette même forêt, pourtant classée domaine public”, s’est indigné M. Maïga.

A cette occasion, il a adressé un message fort non seulement aux populations de Bamako, mais aussi au maire des communes du district. “Plantons des arbres, cessons d’agresser l’environnement […]. Et là, c’est à Monsieur le maire du district de Bamako que je m’adresse, défendez et protégez les espaces verts. Défendez-les parce que ces espaces verts sont les poumons de la ville de Bamako. Quand vous acceptez les céder à un spéculateur foncier, vous tuez en même temps les gens sans le savoir”, a-t-il averti.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur