Attaques virulentes contre Mahmoud Dicko : Ce que les détracteurs de l’Imam ignorent

Depuis le divorce entre la Cmas et la branche politique du M5-RFP, il n’y a pas de jour où l’Imam Mahmoud Dicko n’essuie pas d’insultes sur les réseaux sociaux de la part de ceux-là qui ne l’ont jamais compris dans sa méfiance des  hommes politiques du mouvement tombeur du régime IBK. 

 

On accuse l’Imam Dicko de trahison pour avoir mis fin à sa collaboration active avec la branche politique du M5-RFP qui, pour des raisons purement et simplement politiques ou personnelles, a voulu éterniser le Mouvement du 5 juin. Mieux, pour ses détracteurs, l’Imam aurait dû cheminer avec des politiques auxquels personne n’accorde le moindre crédit. Car, à vrai dire, tous les Maliens, de Kayes à Kidal, ont vu ces hommes faire le festin avec le régime d’IBK, avant de le poignarder dans le dos juste après qu’on les a sevrés des délices du pouvoir.

En effet, les détracteurs de l’Imam Dicko oublient aussi qu’il a été lui-même victime de la trahison des hommes politiques. Qui ne se rappelle pas son soutien à visage découvert, en 2013, au candidat IBK lors de l’élection présidentielle ? Mais, comme tous les Maliens, le leader religieux a fini par être déçu de son ami de président. C’est d’ailleurs cette déception qui l’a motivé dans son combat contre son régime. Tous ces rappels pour dire que les détracteurs de Mahamoud Dicko sur les réseaux sociaux doivent mettre un peu d’eau dans leur vin. Car, il est évident que sa méfiance des hommes politiques maliens, de surcroit ceux qui ont partagé le gâteau avec IBK avant de le trahir, se justifie et est justifiable. En termes clairs, sa posture actuelle n’est malheureusement que le fruit des coups bas et des déceptions, voire des trahisons qu’il a essuyés du fait des hommes politiques de moralité douteuse.

L’ancien président du Haut conseil islamique du Mali constitue l’un des piliers de la réussite de la transition. Très discret, il a toujours travaillé et travaille encore pour que le Mali se tienne debout. S’attaquer à sa personne, c’est vouloir faire échouer la transition, donc enfoncer le Mali davantage.

Il faut le dire, l’imam Mahamoud Dicko est incompris. Et tous ceux qui le combattent aujourd’hui le font pour saboter le projet de refondation du Mali. C’est ensemble que nous arriverons, comme l’a toujours martelé l’imam Dicko, un homme épris de paix et très soucieux de la cohésion sociale au Mali. S’en prendre à lui, c’est vouloir hypothéquer l’avènement d’un Mali de justice, de progrès, de cohésion. De nos jours, ce complot ne pourra jamais prospérer car le peuple est déjà debout.  Après avoir chassé IBK, il est temps de mettre à la retraite  les acteurs du mouvement démocratique. Les tombeurs de la dictature de 1991 sont tous responsables de la descente aux enfers que le Mali connait depuis trois décennies.

L’homme resté très populaire au Mali, la grande mobilisation de ses  sympathisants en est l’illustration parfaite. De retour d’un voyage sur la terre sainte d’Arabie Saoudite, l’imam Mahamoud Dicko a été accueilli comme un messie. De l’aéroport international Modibo Kéita de Sénou à son domicile, les soutiens   de l’imam de Badalabougou ont occupé toutes les artères. Une mobilisation générale qui sous-entend que l’imam Mahamoud Dicko n’a rien perdu de sa popularité malgré les critiques dont il fait l’objet.

N.D

Source : L’Alerte

Suivez-nous sur Facebook sur