Assemblée générale de l’AANOA : Pour promouvoir les valeurs olympiques

Le développement de l’olympisme, la promotion et la diffusion des valeurs olympiques en Afrique sont les objectifs visés

L’Assemblée générale évaluative de l’Association des académies nationales olympiques d’Afrique (AANOA) et la 5è session des Académies nationales olympiques d’Afrique se sont déroulées à Bamako du 12 au 15 mars. Au total, 18 pays ont participé aux travaux : Il s’agit du Rwanda, de l’Angola, du Congo, du Cameroun, de la Centrafrique, de la Côte d’Ivoire, du Kenya, du Lesotho, du Mali, de l’Ile Maurice, du Burundi, du Soudan du Niger, de la Somalie, du Tchad, du Togo du Cap-Vert, et de la Tunisie.
L’objectif visé à travers la rencontre de Bamako, est le développement de l’olympisme, la promotion et la diffusion des valeurs olympiques en Afrique. Cette 5è session de l’ANOA avait pour thème : «ANO d’Afrique, olympisme et éducation olympique».
Ainsi, la rencontre a permis aux Académies de traiter des questions liées aux acquis réalisés par les Associations nationales olympiques d’Afrique (ANOA), tant sur le plan statutaire que sur le plan des activités, d’aborder des sujets liés aux difficultés qu’elles rencontrent et de réfléchir sur les perspectives de réalisation des objectifs.
La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré, en présence de plusieurs personnalités dont le président de l’Association des académies nationales olympiques d’Afrique, le Tunisien Dr Ridha Layouni, la première Dame du Mali, présidente de l’Académie nationale olympique du Mali et vice-présidente de l’AANOA, Keïta Aminata Maïga, le président du Comité national olympique et sportif (CNOS-Mali), Habib Sissoko.

Dans son allocution d’ouverture, ce dernier rappellera d’abord que c’est la deuxième fois que notre pays accueille l’Assemblée générale évaluative et l’Association des académies nationales olympiques d’Afrique (AANOA), avant de souligner l’importance de la rencontre. «Revenir à Bamako est la preuve que vous tenez à donner une suite à ce qui a été décidé ou recommandé lors des différentes Assemblées générales de votre association. En faisant l’option d’investir dans la dimension humaine de ce monde globalisé, par l’éducation de la jeunesse, vous ouvrez l’avenir au dialogue et à la compréhension pour bâtir un monde en paix. Alors vous retrouvez Bamako, la ville qui ambitionne d’être un pôle d’analyse prospective du Mouvement olympique africain», a souligné le premier responsable de l’olympisme malien, Habib Sissoko.
Parlant de l’Observatoire africain de l’olympisme, le président du CNOS-Mali dira que c’est un creuset des valeurs des projets et des modes de raisonnement pour l’épanouissement de l’olympisme en Afrique.
De son côté, le président de l’ACNOA, Mustapha Berraf, a indiqué que l’Assemblée générale est l’occasion de marquer un temps d’arrêt, faire une évaluation nécessaire et jeter un regard rétrospectif sur le chemin parcouru dans le but de rectifier éventuellement le tir. «Le Mali est considéré comme l’une des fondations solides et inébranlables de l’éducation olympique. Il a été, en effet, l’un des tout premiers du continent à se doter d’une Académie nationale olympique, grâce notamment à la première Dame, Keïta Aminata Maïga» a rappelé le patron de l’ACNOA.
Pour le ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré, la tenue de cette Assemblée générale évaluative à Bamako est une marque de confiance et d’estime à l’endroit du Mouvement olympique malien. Et d’ajouter que la vision du Mouvement olympique national cadre parfaitement avec celle du président de la République, sous le leadership éclairé duquel le Mali a adopté pour la première fois une loi régissant les activités physiques et sportives et ses textes d’application. Ce qui, soulignera Arouna Modibo Touré, traduit la volonté politique de promouvoir le sport au Mali. «Le Mali est profondément attaché à la recherche de l’épanouissement de la jeunesse et à l’intégration africaine. C’est pourquoi, il est constamment engagé à soutenir les organisations, institutions et associations, comme l’AANOA, qui œuvrent pour l’affirmation des idéaux dont l’olympisme se veut le chantre», conclura le ministre de la Jeunesse et des Sports.
à l’issue de la cérémonie d’ouverture, l’AANOA a remis des distinctions à la première Dame, Keïta Aminata Maïga, au ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna M. Touré et au président du CNOS-Mali, Habib Sissoko.

Seïbou S.
KAMISSOKO

Source : Journal l’Essor-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur