Amélioration de la situation sécuritaire et politique : L’ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE COMPTE JOUER SA PARTITION

A la suite d’une invitation adressée aux coprésidents de l’Assemblée parlementaire paritaire (APP) par le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé, le bureau de l’APP a envoyé à Bamako une mission d’information et d’étude. Dans le cadre de cette visite, la Mission de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE a organisé, vendredi à l’hôtel Radisson Blu, une conférence de presse, en présence des membres de la mission conduite conjointement par Mme Cécile Kashetu Kyenge, députée du Parlement européen et Joseph Owona Kono de l’APP.

Du 07 au 09 mars, les députés de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE ont pu recueillir des informations de première main permettant d’actualiser et d’enrichir la réflexion de l’APP. Elles concernent, d’une part, la situation sécuritaire et politique qui prévaut dans notre pays, et d’autre part, la manière avec laquelle elle peut accompagner le processus politique en cours tant en terme d’organisation que de déroulement des élections à venir.
Au cours de cette visite présentée comme d’importance capitale, la mission a rencontré les autorités, notamment le président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé, les députés du Nord, le ministère des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les formations politiques de la majorité et de l’opposition, les organisations de la société civile, les leaders religieux et les acteurs économiques et sociaux. Elle a également eu des échanges avec la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), la CEDEAO et plusieurs représentations diplomatiques accréditées dans notre pays.
Au cours de ces différentes rencontres, l’équipe a entendu des points de vue très clairement exprimés sur divers sujets majeurs comme la situation politique et sécuritaire, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, la préparation et l’organisation d’élections apaisées, crédibles et transparentes, ainsi que la crise humanitaire qui frappe le pays et les problèmes liés au phénomène migratoire.
Les parlementaires ont, au cours des échanges, acquis la ferme conviction que la tenue des élections (présidentielle et législatives) aux échéances prévues est une aspiration unanime de tous ses interlocuteurs et une exigence absolue pour l’avenir du Mali. La mission mesure les difficultés importantes et réelles qui entravent encore, à ce stade, la bonne organisation de ces élections, qu’il s’agisse du risque sécuritaire pesant sur la majeure partie du territoire ou du retard pris dans la mise en œuvre du processus électoral. `
Elle a encouragé les autorités de notre pays à mobiliser toutes leurs capacités pour que ces élections aient lieu malgré tout, avec l’aide de la communauté internationale, afin d’éviter une situation de vide constitutionnel. Elle a aussi invité les différents protagonistes à faire en sorte qu’il y ait des élections apaisées, crédibles et transparentes, en y associant l’ensemble des acteurs de la société de notre pays.
Cependant, la Mission de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE demeure extrêmement préoccupée par la situation sécuritaire. Elle a appelé à poursuivre la mise en œuvre rapide de l’Accord pour la paix et la réconciliation. Elle reconnait les espoirs portés sur le G5 Sahel et salue l’action de la MINUSMA, de la Mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM) et de la Mission de soutien aux capacités de sécurité intérieure malienne (EUCAP Sahel Mali). Dans son intervention, Mme Cécile Kashetu Kyenge a informé que la mission fera un rapport à l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE qui statuera à son tour sur les formes d’accompagnement envisageables pour appuyer le processus politique dans notre pays.
De son côté, le coprésident de l’APP a souligné que l’Assemblée parlementaire paritaire avait déjà effectué une mission en 2013 au Mali. Joseph Owona Kono ajoutera que cette mission rentre dans le cadre du renforcement de la démocratie et de la stabilisation de notre pays. Au nom des membres de la délégation, il a remercié l’Assemblée nationale de notre pays et la délégation de l’UE pour leur précieux soutien, leur généreuse hospitalité et les excellentes conditions de travail offertes pour le bon déroulement de la mission.

M. S

Essor

Suivez-nous sur Facebook sur