Agence de gestion du fonds d’accès universel : DANS LA DYNAMIQUE DE LA CONSOLIDATION DES ACQUIS

L’Agence de gestion du fonds d’accès universel (AGEFAU) a tenu vendredi dernier, à l’hôtel Sheraton, la 3è session de son conseil d’administration, sous la présidence du ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, en présence du directeur général de l’AGEFAU, Souhahébou Coulibaly et des administrateurs.

 

Cette session avait comme ordre du jour : le bilan des états financiers de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le rapport du commissaire aux comptes sur le même exercice, le projet de rapport de gestion 2018, le projet de programme d’activités 2019, le projet de budget 2019, le projet d’accord d’établissement et le projet de manuel de procédures administratives, financières et comptables.
Le ministre Arouna Modibo Touré, dans son discours d’ouverture, a déclaré que ce 3è conseil d’administration intervient au moment où l’AGEFAU entame le processus de vulgarisation et d’extension des Centres d’accès universel, dont la phase test a rencontré un franc succès auprès des bénéficiaires. Les nombreuses sollicitations dont l’Agence fait l’objet en sont le témoignage éloquent.
En effet, l’année 2018 a vu l’aboutissement du projet pilote des Centres d’accès universel aux technologies de l’information et de la communication avec la réalisation de la quasi-totalité des infrastructures programmées. C’est ainsi que les localités de Koulikoro, Sikasso et Ségou ont été dotées de centres qui font aujourd’hui le bonheur de plusieurs organisations socioprofessionnelles, des associations de femmes et de jeunes et de l’Union malienne des aveugles (UMAV).
Ces réalisations, selon le président du conseil d’administration, ont contribué de façon significative à réduire le fossé numérique pour les bénéficiaires. Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication a expliqué ensuite que le projet de budget 2019 de l’AGEFAU s’inscrit en droite ligne des résultats de l’exécution du budget de l’année écoulée. Il s’appuie sur les axes stratégiques déclinés en activités dans le programme d’activités 2018, de manière à permettre à l’Agence d’exécuter ses missions de service public en efficience. Ainsi, pour l’atteinte de ces objectifs pour l’année 2019, le budget prévisionnel de l’AGEFAU, s’élève à 21,813 milliards de Fcfa. Ce budget connaît une réduction de 13% environ par rapport à 2018, dont la dotation rectifiée se chiffre à 24,977 milliards de Fcfa. Le président du conseil d’administration a engagé la direction générale de l’AGEFAU à exécuter le budget 2019 efficacement en faisant preuve de persévérance dans la même voie qu’en 2018, au cours de laquelle elle a enregistré un bon taux de réalisation de 100% sur ses recettes propres. Le budget 2019 devra permettre à l’Agence de mettre en œuvre son programme d’activités pour l’année 2019, élaboré conformément aux objectifs stratégiques inscrits dans le plan numérique 2020. En effet, l’année 2019 s’inscrit dans la dynamique de la consolidation des acquis de l’année précédente. Dans cette optique, le ministre Touré a jugé nécessaire de mettre en œuvre de façon urgente le projet de connectivité rurale et de poursuivre la consolidation des investissements à travers la réalisation ou la duplication des Centres d’accès universel de seconde génération. Pour les localités confrontées à un déficit en terme de couverture téléphonique, a témoigné le président du conseil d’administration, l’AGEFAU intensifie ses actions pour atteindre la couverture en réseau mobile des zones encore couvertes par la mise en place des dispositifs techniques permettant d’assurer les services voix et Internet, notamment dans les agglomérations à forte densité humaine. C’est pourquoi, il sera fait recours à la technologie GSM déjà utilisée par les opérateurs de télécommunications.
Cette technologie beaucoup plus souple et rapide à déployer, pourrait faciliter l’extension du réseau aux communes ou villages non encore couverts.
En outre, le président du conseil d’administration a souligné que la poursuite et l’implantation des Centres d’accès universel se fera concomitamment avec la mise en œuvre du projet de Centres de proximité multiservices et des pôles de développement numériques au profit des secteurs de l’enseignement, du tourisme, du commerce, de la santé, de l’agriculture.
Le projet dont bénéficieront les communes rurales et périurbaines, les groupements socioprofessionnels, les universités et les grandes écoles consistera, selon le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, à aménager des salles informatiques communautaires équipées, hébergeant des serveurs d’applications locales, favorisant l’accès des élus communaux à Internet, et des agents de l’administration. D’autres projets importants, a-t-il révélé, comme les Cases wifi destinées aux écoles maternelles et fondamentales et l’Université virtuelle verront le jour en 2019. Il s’agit là, de combattre « l’analphabétisme informatique » dès le bas-âge, et de favoriser la formation à distance grâce à l’accès aux contenus pédagogiques numériques pour les étudiants, les enseignants et les chercheurs.
Ce qui réduira les charges en termes d’infrastructures physiques de formation. S’exprimant sur les contraintes auxquelles l’Agence fait face en tant que jeune structure, le ministre Touré a souligné qu’elle ne dispose pas d’informations complètes et précises en temps réel sur les contributions obligatoires des opérateurs privés du secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication. Ce qui complique les exercices de prévision et de planification budgétaires.
En termes de perspectives, le président du conseil d’administration a annoncé que l’Agence envisage de soumettre une proposition de relecture du décret fixant la modalité de recouvrement et de répartition des contributions des opérateurs du secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication. Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, a expliqué que l’AGEFAU compte établir des partenariats plus actifs et dynamiques avec les opérateurs des télécommunications pour l’exploitation des réseaux déployés.

Abdoul Karim  COULIBALY

L’Essor

Suivez-nous sur Facebook sur