45 millions d’habitants en 2050 : opportunité ou menace pour le Mali ?

La population malienne est en parfaite croissance. En effet, en 2018, selon les estimations d’une étude du Fonds monétaire international (FMI), avec un taux de croissance démographique de plus de 3% et un taux de fécondité de 6,2 enfants, la population malienne dépassera les 45 millions d’habitants d’ici à 2050. Cette poussée démographique sera-t-elle une opportunité ou une menace ?

Une situation qui présage un nombre important de Maliens sur le même territoire, et pratiquement avec les mêmes terres agricoles cultivables. Et cette forte croissance de la population malienne concernerait surtout les jeunes. Le constat est aussi que les femmes occupent une place importante dans cette masse de la population malienne qui compte plus de 18 millions d’habitants, dont 10% vivant dans le Nord du pays.

« La moitié de la population serait âgée de moins de 15 ans » estimait la Banque mondiale en 2016. Ce qui constitue un atout non négligeable, quand on sait que la croissance démographie peut constituer une opportunité pour le développement d’un pays.

Selon le ministre de l’Aménagement du territoire et de la population, Adama Tiémoko Diarra, chargé de piloter la 5eme phase du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH), il est important d’avoir il est important d’avoir une base de données sur la population qui à en croire les estimations, prévoient une croissance considérable». Toute chose qui, de l’avis du ministre, « constitue certes un atout majeur, mais aussi des enjeux qui toutefois relevés, permettront de faciliter la prise de décisions par les décideurs publics, qui auront la maitrise des données sur la population ».

Aussi, soutient, face à la pauvreté galopante du Mali, il est urgent de réfléchir à comment trouver une prospective prometteuse, fiable et efficace, afin de donner un autre visage au Mali de demain, et tout porte à croire que le futur visage du Mali est « jeune ». Cela est d’autant plus une exigence, quand on sait que notre pays qui regorge d’énormes potentialités de richesses naturelles, peut aussi compter sur sa jeunesse dynamique et croissante pour renverser la tendance de la pauvreté en faveur de notre pays qui occupe une place non moins reluisante depuis les cinq dernières années.

C’est pourquoi, il convient d’agir face à cette croissance démographique qui se vit avec une sécheresse galopante. Toute chose qui exacerbe la pauvreté, provoque l’insécurité alimentaire et bien évidemment l’instabilité du pays et son développement.

Il y a donc du pain sur la planche, pour envisager un avenir meilleur pour les générations futures. Car en 2016, le Mali était 175e sur 188 pays classés dans l’indice de développement humain de l’(ONU). Les indicateurs de développement sont inférieurs aux objectifs de développement durable, et ces conditions difficiles, surtout dans le nord du pays qui traverse une situation d’insécurité courante à cause des hostilités. Des situations de précarité, qui sont toutefois exploitées par les terroristes et autres groupes militants, aggravent l’insécurité et rendent difficile la prestation des services sur ce territoire vaste.

Ousmane Tangara

Bamako News

Suivez-nous sur Facebook sur