Mali: WaterAid aux côtés des filles en période menstruelle !

A l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène menstruelle, célébrée le 28 mai 2019 au Mali sur le thème : «Il est temps d’agir », WaterAid a fait visiter par un groupe de journalistes, le 29 mai 2019, les latrines adaptées à la gestion de l’hygiène menstruelle (GHM) au Groupe scolaire Kati-Koko, 1er cycle I et II dans la région de Koulikoro.

Situées à quelques 15 kilomètres de la Capitale malienne, Bamako, les écoles fondamentales publiques de Kati-Koko font partie des établissements au sein desquels WaterAid intervient en tant que partenaire stratégique dans la Gestion de l’hygiène menstruelle (GHM), à travers la réalisation des latrines GHM. WaterAid a organisé cette visite à l’intention des journalistes pour montrer l’importance et la nécessité de prendre en compte la gestion de l’hygiène menstruelle à l’école à travers le renforcement des capacités des acteurs et la construction des latrines adaptées.

Première école à disposer de latrines adaptées à la GHM, ce groupe scolaire est aujourd’hui un établissement où les jeunes filles se sentent désormais protégées et soutenues par des tanties Ntereni (enseignantes formées sur la gestion de l’hygiène menstruelle) sur la gestion de leurs périodes de menstruation et l’utilisation des kits hygiéniques. Cela, grâce non seulement aux conseils et sensibilisations des animatrices de AMASBIF, mais aussi à la réalisation, sur financement de WaterAid, des latrines équipées de matériels adaptés à la gestion hygiène menstruelle (GHM), à hauteur de 5 millions de francs CFA par latrines.

Ces latrines, toujours bien entretenues et bien protégées, sont dotées de lavabos internes réservés aux toilettes, ainsi que du savon et de l’eau salubre pour la gestion de l’hygiène menstruelle des filles. L’on y trouve également des petites serviettes et cotons permettant aux filles en période de menstruation de changer leurs dessous en toute sécurité et de pouvoir suivre leurs cours. Tout cela se passe sous l’assistance des tanties Ntereni.

Expliquer l’hygiène menstruelle avec pédagogie!

 

L’occasion a été bonne pour la tantie Ntereni, Mme Kéïta Djénébou Diallo, de dialoguer avec les élèves, avec pédagogie, sur la bonne gestion de l’hygiène menstruelle. « Ce projet est arrivé en 2015 au groupe scolaire de Kati-Koko I et II. C’est à partir de cet instant que la question de menstruation a cessé d’être un tabou. Aujourd’hui, des leçons sur la question sont dispensées jusqu’à la classe 6ème et des kits d’hygiène menstruelle sont offerts aux filles, ainsi que des médicaments antidouleurs. Nous organisons également des sessions de formation en module sur l’introduction dans la période menstruelle; la puberté ; les organes génitaux ; le cycle féminin et la bonne pratique pendant la période menstruelle », a-t-elle expliqué.

Au nom des élèves, mademoiselle Hatio Dembélé a témoigné que la réalisation des latrines pour la gestion de l’hygiène mentruelleet l’introduction des sessions de formations dans le cursus scolaire a permis à beaucoup de ses camarades filles de rester à l’école. « Avant, quand nous étions en situation menstruelle, nous étions obligées d’abandonner l’école tout au long de la période qui va souvent jusqu’à 5 à 7 jours. Imaginez si chaque moi, l’on doit abandonner l’école pendant 7 jours, combien de jours l’on aura chômé durant l’année scolaire? Aujourd’hui avec ces latrines GHM et l’assistance des tanties Ntereni, les filles gèrent leurs règles ici à l’école et en même tant elles poursuivent les cours. Pour cette belle initiative, nous ne pouvons que remercier WaterAid et ses partenaires », a-telle déclaré.

Permettre aux enfants de continuer à étudier dans la confiance !

 

Selon Djembéré AlamirTouré, Coordinateur de l’ONG AMASBIF, grâce à la sensibilisation des parents et des comités de gestions scolaires, la gestion de l’hygiène menstruelle n’est plus un sujet tabou. « Pour pérenniser ces acquis, il faut des moyens pour l’entretien des toilettes et des tanties Ntereni », a-t-il précisé.

Quant à Issiaka Sangaré, Chargée de Communication à WaterAid, il a souligné : « WaterAid est une ONG internationale qui travaille pour un accès équitable aux services hygiène et assainissement. La gestion de l’hygiène menstruelle est importante et nécessaire pour les filles qui non pas de connaissances sur le sujet. L’objectif est de mettre les enfants en sécurité et leur permettre de continuer leurs études, même pendant  leurs périodes menstruelles. Nous voulons que cela soit ainsi dans l’ensemble des établissements scolaires au Mali pour que les enfants puissent continuer à étudier  en toute sérénité.»

Cette rencontre a enregistré, en plus des autorités scolaires, une délégation du Centre d’Animation Pédagogique (CAP) de Kati.

Un consortium pour l’hygiène menstruelle dans toutes les écoles du pays !

Au Mali, désormais, une plateforme nationale pour la promotion de la gestion de l’hygiène menstruelle, regroupant une dizaine d’organisations nationales et internationales dont WaterAid, AMASBIF, Unicef, Solidarité Pluriel, Plan International Mali, Inta Health, le Ministère de l’Education, le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de Famille, a décidé d’agir ensemble pour une meilleure prise en compte de l’hygiène menstruelle dans le milieu scolaire sur l’ensemble du pays.

Dans un communiqué de presse, la plateforme précise qu’en milieu scolaire, les difficultés liées à la gestion de l’hygiène menstruelle ont comme conséquences : l’absentéisme, le manque de concentration pendant les cours et les risques de contracter des infestions génitales en utilisant les toilettes indécentes. « En milieu communautaire, les pesanteurs socioculturelles représentent des obstacles à la promotion de la gestion de l’hygiène menstruelle. Tout cela montre à suffisance qu’il est temps de briser le silence et d’agir. C’est ce qui justifie le choix du thème de cette année ‘’il est temps d’agir’’. Pour agir, il convient de renforcer l’information, l’éducation et la communication sur la GHM, mais à travers une approche pédagogique prenant en compte la dimension socioculturelle »,précisent les acteurs du consortium.

Selon Mme Coulibaly Salimata Diarra, présidente de la plateforme nationale pour la promotion de la gestion de l’hygiène menstruelle au Mali, la gestion des déchets menstruels au Mali est un véritable problème tant en milieu scolaire qu’en milieu communautaire. « Le problème est lié, entre autres, à l’absence de toilettes adéquates, à l’absence de services de collecte et élimination des déchets et à une faible connaissance de la gestion l’hygiène menstruelle », a-t-elle ajouté.

Après avoir rappelé qu’au Mali, 0,71% des écoles disposent d’option sur l’élimination des matériels utilisés pour la gestion des menstruations et 2,12 % des écoles observent une augmentation des jours d’absence pour les filles en âge de puberté, le représentant du ministre de l’Education Nationale Saibou Bakayoko, a rassuré le consortium de l’accompagnement constant de son Département pour l’atteinte des objectifs communs.

Ousmane BALLO

Afrikinfos

Suivez-nous sur Facebook sur