REFORME DU SYSTEME DE SANTE: Des mesures de soulagement des populations

Démarré le 25 février dernier, l’atelier sur la réforme national du système de santé au Mali prend fin ce vendredi 1er mars 2019. Ce projet qui vise à soulager la population, prend en compte plusieurs aspects de la santé, notamment la gratuité des soins pour les femmes enceintes et enfants.

Durant quatre jours d’intenses travaux, les experts venus de divers horizons ont échangé et proposé des solutions sur la réforme de notre système de santé. Cet atelier avait pour but de réfléchir sur un nouveau système de santé qui répond à toutes les normes. A en croire les participants, cette réforme était une nécessité pour notre cordon sanitaire. Ce document cadre prend en charge la gratuité des soins des femmes enceintes et des enfants de zéro à cinq ans. Le Mali fait partie des pays où le taux de mortalité maternelle et infantile est le plus élevé. C’est pourquoi, ce document cadre prrnd en charge cette préoccupation. Plusieurs autres innovations existent dans ce document allant dans le sens d’alléger les critères de soins aux populations.

Quelques heures avant la fin des travaux, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow, se dit satisfait. “La santé a besoin d’évoluer. Aujourd’hui la plus haute autorité de la République, le président de la République, a une préoccupation une vision claire pour la santé des Maliens. Il a inscrit cette préoccupation dans son programme d’urgence. Sa vision, c’est de faire en sorte que le Malien quel que soit son statut économique et sa position géographique ait le même niveau de soins de santé primaire. Nous sommes en train de réfléchir pour pouvoir transformer cela en action. Nos documents de politique de santé au niveau national sont des documents très vieux. Il y a lieu de mettre tout ça à jour”, a expliqué Pr. Samba Ousmane Sow.

S’agissant de la mise en œuvre des recommandations qui sortiront de ces assises, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique se montre plutôt optimiste. “La mise en œuvre se fera par étape. Ça s’accompagne d’évaluation de monitorage et de réadaptation. Le rapport sera très rapidement rédigé et finalisé. Dès que le rapport final de cet atelier est approuvé par les plus hautes autorités du pays, le département de la santé et les autres départements impliqués auront le feu vert pour mettre en œuvre cette réforme”, a-t-il-signalé.

Plusieurs thématiques sur la santé ont été débattues lors de ces quatre jours d’atelier. Quant aux participants, ils ont beaucoup apprécié la qualité d’organisation de cet atelier. “Nous avons eu des échanges fructueux pour ce qui est la faisabilité de cette réforme. Ce qui a permis d’aborder les trois composantes essentielles de la réforme du système de santé. Que ce soit la composante offre et service, la composante gouvernance, ou la composante financement, nous avons eu à aborder de manière sincère tous les problèmes qui se posent aujourd’hui à notre système de santé. Je suis entièrement satisfait. Si on n’avait pas organisé ce séminaire, il aurait fallu l’imaginer”, s’est réjoui Dr Garba Bocar Touré, président du groupe de travail Gouvernance et Communication. Cet atelier avait deux groupe thématiques à savoir “l’offre de soins de Santé, et le financement des soins de Santé.

Zié Mamadou KONE

 

Source: indicateur du renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur