Projet PFTBV-Consortium : vers une révolution dans la lutte contre le paludisme

Le paludisme constitue l’une des premières causes de mortalité au Mali. Rien qu’en 2018, le taux de consultation pour le paludisme était de 40%. A ce jour, il n’existe pas de vaccin pour lutter contre cette maladie. C’est dans ce cadre que du 10 au 12 octobre 2019, l’hôtel de l’Amitié a servi de cadre au lancement officiel du projet « Malaria Transmission Blocking Vaccine » (PFTB). Lequel vise à soutenir l’élaboration d’un vaccin pour lutter contre le paludisme sous la direction du professeur Issaka Sagara du MRTC/DEAP-USTTB.

 

Financé à hauteur de 11 milliards de francs CFA sur une durée de cinq ans, 18 millions d’euros par l’EDCTP et les Etats Unis avec un financement indirect, ce projet implique quatre pays d’Afrique de l’Ouest à savoir le Burkina Faso, la Guinée, le Liberia et le Mali, en plus de deux autres pays européens. Le but visé c’est d’évaluer trois vaccins innovants contre le paludisme dans des sites de recherches de ces différents pays.

Selon le professeur Issaka Sagara, coordinateur de PFTBV, l’idée c’est de trouver des stratégies appropriées, tester trois antigènes afin d’obtenir un vaccin efficace pour lutter contre le paludisme. Il s’agit de faire en sorte que même si une personne est piquée par un moustique qu’il ne puisse pas avoir de transmission.

Également présent à la cérémonie de lancement, le ministre de l’Enseignement supérieure et de la recherche scientifique, le Pr Mahamadou Famanta n’a pas manqué de rappeler l’importance de ce projet. « Le paludisme constitue une préoccupation majeure au Mali et dans les pays tropicaux. Ce projet va révolutionner la lutte contre le paludisme, il cadre bien avec un des objectifs de l’OMS qui est d’éradiquer le paludisme d’ici à l’horizon 2030. Et c’est une continuité de l’œuvre de feu Pr Ogobara Doumbo. Il permettra de renforcer les capacités des chercheurs et étudiants chercheurs du Mali » a-t-il rappelé.

Rappelons que ce projet qui a débuté en janvier 2019 se poursuivra en 2024. Il est financé par l’EDCTP dans le cadre de l’appel à proposition 2018 intitulé « Action stratégique pour la comparaison, la sélection et le développement de candidats vaccins contre le paludisme ». Les personnes cibles sont les enfants et les adultes. Cette étude est coordonnée par le PR Issaka Sagara du MRTC-PARASITO  avec des partenaires comme le Danemark, les Pays Bas, la Guinée, le Burkina Faso et les Etats-Unis.

Hamsetou Toure

Kibaru

Suivez-nous sur Facebook sur