L’impact des maladies sur la productivité en Afrique

Selon une économiste, si l’Afrique espère mettre fin à la forte perte annuelle de productivité due aux maladies, elle doit améliorer de toute urgence l’efficacité des dépenses de santé.

Un nouveau rapport du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, basé sur des données provenant de 47 pays, estime que l’Afrique perd environ US $ 2,4 milliards de la valeur totale des biens produits et des services fournis chaque année, en raison des maladies qui frappent les populations de ces pays.

« Les maladies non transmissibles sont la principale cause de perte de productivité dans la région africaine », indique le rapport.

Selon l’OMS, environ 47 %, soit 796 milliards de dollars, de cette perte de productivité pourraient être évités en 2030 si les objectifs de développement durable liés à ces conditions sanitaires sont atteints.

“Ce dont nous avons besoin ne se décline pas seulement sous la forme d’un surcroît d’argent pour la santé.”

Grace Kabaniha, Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique

Grace Kabaniha, économiste de la santé au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, a déclaré que les dépenses consacrées au bien-être sanitaire des populations étaient une nécessité pour l’Afrique, car c’est un investissement extrêmement rentable pour la région.

« Ce dont nous avons besoin ne se décline pas seulement sous la forme d’un surcroît d’argent pour la santé », a déclaré Grace Kabaniha à SciDev.Net.

« Il s’agit aussi de plus de santé pour les ressources financières dont nous avons besoin. Il est donc important d’améliorer l’efficacité des dépenses de santé. Atteindre les soins de santé universels est bon pour les objectifs de développement durable. »

Le rapport de l’OMS, qui résulte de l’analyse des bases de données de l’OMS et du Fonds monétaire international pour 2015, a été lancé lors du deuxième Forum sur la santé en Afrique, organisé par l’OMS au Cap-Vert, le mois dernier (26-28 mars).

« Les chercheurs ont utilisé une approche fondée sur le capital humain, pour estimer les pertes en leur attribuant une valeur monétaire en termes de perte de productivité du travail du fait qu’une personne est malade ou décède prématurément », a déclaré Grace Kabaniha.

L’objectif général était de plaider en faveur d’un investissement dans la mise en œuvre de l’ODD 3, de garantir une vie saine et de promouvoir le bien-être de tous.

Grace Kabaniha explique que les maladies non transmissibles, notamment le diabète et l’hypertension, représentent 37% du fardeau de la maladie.

Elle attribue cela à une réduction marquée des maladies infectieuses depuis 2000, en raison des investissements mondiaux dans la lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme, principaux responsables des maladies et des décès prématurés.

Selon Grace Kabaniha, les autorités doivent mettre en place des services de santé centrés sur la personne et axés sur les soins de santé primaires, l’approche la plus rentable, efficace et abordable pour améliorer l’accès, la qualité et l’équité des services de santé en Afrique.

Selon le rapport, l’Afrique du Sud, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Nigéria et la Tanzanie ont contribué ensemble à près de 50% du total des années de vie en bonne santé perdues dans la région africaine de l’OMS.

Joseph Wang’ombe, professeur d’économie de la santé à l’Université du Kenya à Nairobi, a déclaré que le rapport appelait clairement les décideurs africains à mettre en œuvre rapidement des interventions telles que le renforcement des capacités et le développement des infrastructures, afin de remédier à la perte de productivité annuelle considérable causée par les maladies.

« La maladie est l’un des principaux obstacles au développement de l’Afrique », a-t-il déclaré à SciDev.Net, ajoutant qu’elle avait de graves répercussions sur la productivité.

Wang’ombe ajoute que les décideurs doivent augmenter les dépenses en services de santé préventifs.

Il est également important qu’ils travaillent en étroite collaboration avec des experts en suivi et évaluation, afin d’évaluer les résultats possibles des interventions et de faire des choix clairs en matière de fourniture de soins de santé efficaces, abordables et accessibles à la population.

scidev

Suivez-nous sur Facebook sur