LE MALI À L’HEURE DU CORONAVIRUS : Le PM réaffirme la tenue des législatives et appelle les Maliens à la responsabilité citoyenne

A ce jour, aucun de cas de coronavirus n’a été déclaré positif sur le sol malien. Cependant, conscient qu’il n’est pas à l’abri, le pays se prépare au pire pour prévenir cette pandémie baptisée par l’OMS, sous le nom scientifique de « Covid 19 ».


Suite à l’annonce du Président de la République sur le fléau, le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, ministre de l’Economie et des Finances, a animé ce jeudi 19 mars 2020, à la Primature une conférence de presse exclusivement consacrée aux importantes dispositions sanitaires et mesures draconiennes prises par le Gouvernement pour faire face à la hantise et à la peur de cette maladie impitoyable, à triple effet d’une crise sanitaire, économique et financière.


En effet, mesurant l’ampleur de la pandémie, le Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta a mis en place une enveloppe initiale de 6 milliards 300 millions pour répondre au plan d’urgence pour circonscrire la menace. Dans cette logique, conscient que ses structures sanitaires pays ne sont pas prêtes à accueillir des malades du virus, le Mali a opté et privilégié la politique de la prévention à travers des mesures d’hygiènes. Ces mesures concernent la surveillance sanitaire des frontières terrestres, aériennes et maritimes. Elles consistent aussi à interdire les regroupements de toute nature allant au-delà de 50 personnes, en passant par la fermeture de toutes les écoles publiques et privées, la suspension des audiences dans les tribunaux. Pour ce faire, le gouvernement a estimé que la sensibilisation constitue une arme redoutable et efficace pour prévenir cette maladie contagieuse. C’est ainsi que campant le décor et donnant certains détails pour baliser la rencontre, le ministre Yaya Sangaré a rappelé que sur 54 pays du continent noir, 31 sont déjà touchés par le mal. Selon lui, le Mali ne saurait faire une exception. A ce titre, il a soutenu qu’à l’exception du Niger, tous les pays limitrophes du Mali ont enregistré des cas confirmés du coronavirus. A situations exceptionnelle, il faut des approches exceptionnelles, a noté le ministre Sangaré.


L’activité économique dans les marchés.
En ce qui concerne des mesures sanitaires, le Premier ministre a d’abord mis l’accent sur le lavage des mains au savon et aux hydro-désinfectants, la prise des températures. Dr Boubou Cissé a informé que des dispositions sont prises au niveau de certains hôpitaux et Csréf pour permettre de tester les cas suspects. A ce jour, il a indiqué qu’une vingtaine de lits sont équipés à Bamako pour prendre en charge les cas qui seront déclarés positifs. Le PM a insisté sur le respect le nombre de regroupement à moins de 50 va se poursuivre sous réserve de distanciation. Pour la continuation de l’Etat et la survie de la nation, Dr Cissé a annoncé le maintien des législatives de mars 2020 et la poursuivre de l’activité économique dans les marchés. C’est pourquoi, il a appelé tous à la responsabilité citoyenne en enregistrant dans l’esprit et dans les habitudes des mesures d’hygiènes préconisées. A cet effet, pour faire taire des rumeurs, il a affirmé que : « la chaleur ne fera pas partir la maladie ». En ce qui concerne, le regroupement dans les lieux de culte, et la circulation des véhicules de transport, le locataire de la primature a soutenu tout sera résolu en concertation avec les responsables de ses secteurs. « Nous n’excluons rien, a-t-il lancé. Il a ensuite noté que les éminents professeurs du pays seront mis à contribution pour apporter leur expertise. Le ministre des Transports et de la mobilité urbaine, Ibrahima Abdou Ly a fait savoir qu’à l’exemption des vols gargots et de l’armée malienne, l’aéroport sera fermés à partir du vendredi 23h59. Selon lui, au niveau des 30 portes d’entrée du Mali et les 15 corridors, des mesures sanitaires pour contrôler l’état de santé des passagers. Il a confessé que tout est également mis en œuvre au niveau des 7 ports de transit pour éviter une pénurie des denrées alimentaires et du carburant. De son côté, le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamalla Sidibé a reconnu que ce combat réponse sur le leadership politique autrement dit l’engagement des plus hautes autorités, la mobilisation sociale et enfin les équipements. Selon le Mali n’ayant ces équipements doit avoir comme clés la prévention.
Jean Goïta

Source: La lettre Du peuple

Suivez-nous sur Facebook sur