L’amnésie Traumatique: Qu’est-ce que c’est ?

L’amnésie traumatique appartient aux troubles psycho-traumatiques qui suivent un évènement traumatique majeur  et qui entraîne une perte des souvenirs. La personne n’a plus conscience des faits qui se sont produits. Cette amnésie peut être totale comme partielle. Elle est dissociative, car elle est liée à des mécanismes de sauvegarde. Le cerveau met en place au moment des violences une déconnexion. De ce fait, la victime n’a plus accès à ses émotions ni aux souvenirs de l’acte vécu.

 

Découverte au début du XXe siècle, l’amnésie traumatique a d’abord été décrite chez des soldats traumatisés qui ne se souvenaient plus des combats. Mais, c’est chez les victimes de violences sexuelles dans l’enfance que l’on retrouve le plus d’amnésies traumatiques.

Pour se protéger d’un événement violent, le cerveau peut faire appel à une amnésie dite traumatique. Des victimes peuvent mettre ainsi de longues années avant de retrouver la mémoire sur des faits ignobles qui se sont déroulés très souvent dans leur jeunesse.

Les personnes touchées sont en général celles qui ont assisté à des tragédies telles que la guerre, le meurtre, le viol, les génocides, les accidents, les catastrophes naturelles ou le décès d’un être cher. Le plus souvent, les personnes récupèrent leurs souvenirs quand ils sont enfin en possibilité de pouvoir en sortir.  Le processus ne vient pas de la personne, mais du cerveau. Au moment où il y a une atmosphère sécurisante, le système de mémoire se reconnecte et les personnes revivent les événements. Mais selon les  spécialistes en psychologie, le choc est moins brutal de le revivre plus tard qu’au moment présent. Et c’est à partir du moment où les victimes ressentent la douleur du traumatisme vécu, qu’elles sont dans un processus de guérison.

La plupart des personnes atteintes d’amnésie dissociative présentent un ou plusieurs trous de mémoire. Ceux-ci s’étendent généralement de quelques minutes à quelques heures ou jours, mais peuvent concerner plusieurs années, décennies voire toute une vie. En général, les personnes atteintes ne sont pas conscientes ou sont seulement en partie conscientes d’avoir des trous de mémoire. Elles n’en prennent conscience qu’après, lorsque leurs souvenirs réapparaissent ou qu’elles sont confrontées à la preuve de choses qu’elles ont faites mais dont elles ne se souviennent pas.

AFANOU KADIA DOUMBIA

SourceMalijet

Suivez-nous sur Facebook sur