Soumaïla Cissé au Meeting du FSD: « le projet de découpage administratif est une bombe à fragmentation qui va dévaster notre pays »

Le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) a tenu son premier meeting, ce dimanche, au Palais de la Culture de Bamako. Au bord du Fleuve Djoliba, les leaders du Front et sympathisants sont apparus plus que jamais soudés et décidés à découdre avec le régime IBK.Mohamed Ali Bathily, ChoguelKokala Maïga, Moussa Sinko Coulibaly représentant la COFOP, Ras bath, MountagaTall ou encore le Colonel Youssouf Traoré…tous étaient présents dans la salle Bazoumana Sissoko.

C’est par la Fatiha de Badeya-ton, un mouvement politique qui ne jure que par les noms des Imams Bouyé Haïdara et Mohamoud Dicko, que les activités du meeting ont démarré.Après la Fatiha, le représentant de Badeya-ton donne le ton de la soirée. «A voir et entendre IBK, on a l’impression que tout va bien au Mali. C’est normal, c’est parce qu’il n’est pas le président du Mali. Il occupe un fauteuil qui ne lui appartient pas, c’est à nous de le lui arracher», lance-t-il dans le brouhaha des cris et autres trompettes.

Prenant la parole le premier, après l’hymne national, le Chef de file de l’opposition est apparu plus que jamais sûr de la force du Front de la Sauvegarde de la Démocratie. Face aux militants et surtout devant des alliés aussi puissants que le Colonel Youssouf Traoré, président l’Union des forces démocratique pour le progrès (UFDP), Soumaïla Cissé remercie d’abord les uns et les autres pour leur «attachement à la démocratie malienne». Puis, l’opposant parle, pendant un quart d’heure.

«Aucun sacrifice n’est de trop »…

«Rien ne va plus dans notre Mali», attaque Soumaïla Cissé.  «La panique qui inonde Koulouba s’empare du Mali», ajoute-t-il. Pour Soumaïla Cissé la seule vision du régime IBK, c’est de sauvegarder son trône. Comment peut-on comprendre que malgré l’espoir promis, les Maliens continuent de tirer le diable par la queue. Comment comprendre que depuis la rentrée des classes que 175 000 écoliers ne sont toujours pas orientés. Face à ces situations, «aucun sacrifice n’est de trop», assure Soumaïla Cissé appelant les Maliens à se regrouper au sein du front.

Redécoupage administratif?

Sur la question du redécoupage administratif, la réaction de Soumaïla Cissé se passe de tout commentaire:« Je tiens à dire aux tenants illégitimes du pouvoir que le projet de découpage qu’ils tiennent en main est une bombe à fragmentation qui va dévaster et détruire à jamais notre pays», jure le Chef de file de l’opposition dans un tonnerre d’applaudissements. Pour Soumaïla Cissé, ce découpage administratif n’a rien à voir que l’accord d’Alger et ildoit d’abord faire l’objet de consultation de toutes les forces vivent de la nation y compris des populations locales qui sont les premiers concernés.

Aussi, selon l’opposant, les consultations régionales prévues début novembre connaîtront le même sort que la Conférence d’Entente nationale organisée en mars 2017 qui s’est soldée, par un pacte pour la Paix « mort-né ». Pour le chef de file de l’opposition, il est dommage de constater que «le régime n’apprend jamais de ses propos erreurs».

 

Suivez-nous sur Facebook sur