Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) : Dr Oumar Mariko pour porter les chances du parti jusqu’à Koulouba

Le parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) a tenu  son VIème comité central, le samedi 26 mai au centre de formation catholique de Niamana. Au menu de ce conseil : l’adoption des règlements internes, débat sur la vie du parti à travers ses structures et l’investiture du candidat du parti pour l’élection présidentielle de juillet prochain. Sans surprise le choix fut porté sur le président de la SADI, Dr Oumar Mariko pour briguer la magistrature suprême.

Loin des bruits de Bamako, le parti SADI a tenu, samedi à Niamana son sixième comité central avec comme point d’orgue la désignation de son candidat pour la course de Koulouba 2018.

Auparavant, le président  du parti Dr Oumar Mariko, dans son exposé sur la vie du parti a expliqué qu’ils sont aujourd’hui en train de construire ce  parti. Un parti créé en 1990, qui compte 5 députés à l’Assemblée Nationale ,282 conseillers municipaux et 15 maires, tous des communes rurales, dont la commune de Kolondjèba.

Selon Dr Mariko son parti est reconnu sur le plan national et international comme étant  un parti de gauche, et connu pour sa constance, son engagement auprès  des couches et classes sociales déshéritées de notre pays.

Au  cours  de cette rencontre les délégués de la SADI ont abordé la question électorale. « Nous ne  sommes pas responsables de l’organisation des élections, que l’élection soit mal organisée ou bien organisée nous n’en sommes pas responsables » a déclaré le président du SADI, tout en clarifiant que leur devoir vis à vis  de leur pays et des plus hautes autorités, c’est d’attirer leur attention sur les conditions d’organisation des élections. « Nous avions travaillé à voter contre la loi électorale  qui a été adoptée par l’Assemblée Nationale de la classe politique malienne » a-t-il expliqué.

Il a signalé que SADI  a accepté non seulement de voter contre cette loi, mais entend poursuivre la discussion sur ce code électoral par la disposition d’une plainte au niveau de la CEDEAO. Cela dans le but de démontrer que le  régime n’avait pas le droit de changer le code électoral en ce moment.

Il a indiqué, pour  le SADI il ne s’agit pas d’un combat d’un homme, mais un combat pour changer un système et sauver une Nation.

Selon lui d’ici son investiture, il aura à développer des sujets d’importance capitale. Dont celui relatif à la  défense de notre pays qui doit faire de notre armée un creuset  de l’unité nationale, garante de notre souveraineté et de notre indépendance. « Cette armée doit être reconduite   avec un système de défense, avec une option pour chaque citoyen de ce pays » a-t-il affirmé.

Dr Oumar Mariko propose aussi le développement de la police nationale et la création de la police municipale, tout cela sans délai. Sinon, selon lui, Barkhane et G5Sahel sont des forces indésirables dans notre pays.

Comme message d’espoir, il a invité les membres  de son parti à redoubler d’efforts et continuer d’évoluer positivement, car, dit-il, leur parti enregistre  tous les jours de nouvelles adhésions.

Ce comité central de la SADI a fondé sa confiance sur Dr Oumar Mariko pour défendre les couleurs du parti à la prochaine élection présidentielle.

Par Fatoumata COULIBALY

Le Sursaut

Suivez-nous sur Facebook sur