Séisme politique au Mali : « L’imam du peuple » Mahmoud Dicko, désormais opposant déclaré

Qu’on se le dise, le Mali vient de vivre un moment qui devrait rester dans les annales, écrit Le Point : celui où un puissant chef religieux musulman bascule ouvertement avec force structure, pour ne pas dire parti, dans le champ politique. Et l’imam Mahmoud Dicko ne le fait pas sur la pointe des pieds. En lançant, le 7 septembre dernier, la CMAS, la Coordination des mouvements, associations et sympathisants, le populaire imam Mahmoud Dicko n’a pas mâché ses mots. Devant 4 000 fidèles réunis dans le palais de la culture de Bamako, ce partisan d’un islam rigoriste a attaqué bille en tête les autorités. De quoi compliquer de plus en plus la tâche du premier d’entre elles, à savoir le président Ibrahim Boubacar Keïta. L’équation n’était déjà pas simple pour IBK, mais désormais celui-ci va devoir faire avec une célébrité dotée d’une autorité légitime. Un nouveau défi, donc, pour IBK, qui entame un nouveau mandat à la tête d’un pays miné par la violence et sous l’emprise des terroristes dans plusieurs régions qui échappent au pouvoir central.

Source: Le Point
Suivez-nous sur Facebook sur