Rupture entre Katio et Djo Walaky: Karim Kéita fera-t-il comme Issaka Sidibé?

Le duo de la Commune II semblerait avoir des problèmes de couple. Des supporters de Karim Kéita n’aimeraient pas voir Hadi Niangadou sur la liste.

Reste à savoir si le fils d’Ibrahim Boubacar Kéita usera de la même dissuasion que l’honorable Issaka Sidibé de Koulikoro pour avoir Élie Diarra avec lui ! Que se passe-t-il entre Karim Kéita et Hadi Niangadou du Mouvement Pour le Mali (MPM) ? À la veille du dernier week-end de clôture des listes entre acteurs politiques, avant le dépôt final des dossiers, les choses seront précises !

Lors de la rentrée parlementaire d’octobre, le parti d’Hadi Niangadou raflait la mise à telle enseigne que le rêve d’avoir Karim Kéita dit KATIO prenait forme ! Si le 2ème viceprésident du Parlement, Hadi Niangadou, a le vent en poupe, force est d’admettre que son lien avec Karim Kéita dit KATIO est très fort. Une complicité faisant office de parenté entre les deux (02) parlementaires de la Commune II, actuellement en fin de mission. Pour renouveler leur bail, il est clair qu’ils iront sur la même liste. Sauf que les choses ont tardé à se concrétiser sans qu’il ne s’agisse de la femme à mettre sur la liste. Sur ce point, l’Alliance pour la Démocratie au Mali-Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ) a déjà pris les dispositions.

C’est plutôt du côté du patron parlementaire de la défense qu’il y aurait problème. Une frange de ses partisans n’aimerait pas avoir JO WALAKY avec leur leader. Autrement dit, le boss du Mouvement Pour le Mali (MPM) semble faire ombrage car l’opérateur économique de la vieille école sait convaincre afin de préserver ses intérêts. La preuve avec les élus communaux et cadres de partis qui ont rejoint le MPM ces derniers mois. Beaucoup ont eu des motos et moyens à même de promouvoir les idéaux du parti qui a été créé en avril 2018. Pourtant cette opinion semble oublier que le député Karim Kéita aura été élu, en 2013, par un Hadi Niangadou qui fut décisif. Le fils du Mandé Bourama venait d’être désavoué par son paternel qui voyait d’un mauvais œil sa candidature. Ibrahim Boubacar Kéita cherchait à éviter toute envie de placer son fils au perchoir pour le remplacer en cas de vacance de pouvoir. Ce sera donc vers l’honorable H…

Nouvel Horizon
Suivez-nous sur Facebook sur