Rentrée de la VIème législature : Soumaila Cissé, le grand absent !

Le 11 mai 2020, la sixième législature s’est installée sans le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaila Cissé, enlevé depuis le 25 mars 2020 alors qu’il était en campagne dans la circonscription de Niafounké.

Pour l’heure, la chaise de l’honorable Soumaila Cissé restera vide. Son écharpe et son macaron resteront aussi accrochés au secrétariat de l’hémicycle. Cela jusqu’à quand ? Nul ne peut répondre avec certitude à cette question. Enlevé avec sa délégation le 25 mars 2020, l’honorable Soumaila Cissé reste toujours entre les mains de ses ravisseurs.

Combien de temps l’honorable Soumaila Cissé va-t-il encore faire entre les mains de ces terroristes ? C’est la triste et inquiétante question qui taraude l’esprit des Maliens, particulièrement ceux-là qui sont soucieux du sort du chef de file de l’opposition. Si le reste de la délégation a été libéré, l’honorable, quant à lui, reste toujours quelque part dans des conditions que l’on ignore. Ainsi, plus le temps passe, plus les gens s’y habituent et passent à autre chose. Dans cette affaire, certes, le bon sens recommande que l’opinion publique soit positive sur la situation, mais dans les vrais faits, il y a réellement de quoi s’inquiéter.

Jusqu’ici aucune plan d’action concrète ne semble être initiée permettant de faciliter ou d’accélérer le processus de libération du président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). D’aucuns diront certainement que cela est stratégique mais sa famille, ses amis et ses camarades de lutte ont forcément besoin d’être rassurés sur le sort de leur leader. Du coup des actions plus concrètes s’imposent à ceux-là qui sont sensés protéger les citoyens, car cela est à la fois un devoir et un droit constitutionnel entre gouvernants et gouvernés.

A-t-on encore besoin de rappeler que Soumaila Cissé est l’un des politiciens les plus influents de ce pays ? Certainement pas ! Chef de file de l’opposition depuis 2014 et réélu cette année à l’Assemblée nationale, Soumaila Cissé ne doit pas faire l’objet d’un silence radio.

Si l’on s’en tient à la réalité actuelle du pays, le présent gouvernement sensé protéger tous les citoyens est loin de l’assumer. Il est donc très difficile de faire confiance à ce même gouvernement pour le sort de cette figure politique de la nation.

Il est vrai que ces dernières semaines, la pandémie du Coronavirus a détourné le regard du peuple de certaines réalités qui touchent la vie de la nation. Mais, jamais le peuple ne doit perdre de vue la situation sécuritaire du pays, et l’enlèvement de l’honorable Soumaila Cissé montre que le Mali est loin de la stabilité.

Amadou Basso

Source : Ziré

Suivez-nous sur Facebook sur