Rébellion contre Soumeylou à l’Assemblée : IBK exige à Treta d’enrayer la fronde

Quelle mouche a finalement piqué les députés du parti majoritaire et présidentiel au point de s’insurger ouvertement contre le chef du gouvernement ? N’ont-ils pas entendu les mises au point de son Excellence Ibrahim Boubacar Keita lors du conseil des Ministres extraordinaire où Ladji Bourama avait courageusement réitéré son entière confiance au Tigre de Badala ?

 

En tout cas, nos sources ne clignent pas les yeux, surtout quand il s’agit de regarder et constater les grandes décisions liées à la vie de la République. Selon nos confidences, le premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga aurait informé le président de la République des démarches de plusieurs députés RPM auprès de l’imam Mahamoud Dicko afin de renforcer le mouvement de contestation contre le pouvoir.

Cela devrait être acté par une manifestation prévue ce vendredi 05 avril 2019 sur le boulevard de l’indépendance de Bamako. Le premier ministre, très imprégné de bien de situations, aurait indexé le député Mohamed Tounkara comme le principal meneur des députés dissidents.

La nuit dernière, le président du RPM Bocary Treta aurait été interpellé par le président Ibrahim Boubacar Keita afin de mettre la balle à terre. « Le président a souhaité qu’il y ait une solution à cette dissidence » nous a expliqué notre. Mais, connaissant l’atmosphère des relations entre Soumeylou et Treta, la fronde ne serait pas éteinte pour tout de suite. Le député Mohamed Tounkara, élu à Kita, avait plaidé, de façon agressive, à un renvoi de l’actuel premier Ministre pour le choix de Bocary Treta.

Mieux, le député a accusé le président de la République de trahir le parti en ne s’entourant que de ses amis et de sa famille sans jamais consulter le parti qui l’a porté au pouvoir. Furieux de la teneur des propos que le Premier Ministre aurait rapportés au chef de l’État, le président du RPM aurait répondu à IBK qu’il s’agirait de propagandes et de contrevérités de Soumeylou Boubèye Maiga qui viserait à discréditer le RPM aux yeux du chef de l’État.

Le Figaro du Mali a rencontré d’autres députés, des ténors du Rassemblement pour le Mali, qui ont confié leur désolation et leur inquiétude sur l’état de ce gouvernement qu’il faut purger : « il y a au moins une dizaine de ministres qui doivent être remerciés de ce gouvernement. Nous avons des urgentes réformes à mener et le chef de l’Etat doit nous écouter sur le point de censurer le ministre de la défense, raison pour laquelle il s’est trouvé une échappatoire pour se faire respecter le courageux et respectueux ministre de la sécurité » a regretté un membre du bureau national du RPM.

Quelle issue pour ce bras de fer d’une assemblée plus que jamais en ordre de révolte ? Les prochains jours le diront.

Figaro du Mali

Suivez-nous sur Facebook sur