Processus électoral au Mali: la MODELE appelle la transition à la neutralité

La Mission d’Observation des Élections au Mali (MODELE-Mali), dans son rapport publié ce samedi 30 juillet 2022, invite les autorités de la transition à la neutralité dans la conduite du processus électoral ; et à davantage de diligence dans la mise en place de l’Autorité́ indépendante de Gestion des Élections (AIGE). Dans ledit document, l’organisation de la société civile exprime ses inquiétudes face à ‘’une aggravation de la crise sécuritaire et des tensions politiques’’ et formule des recommandations visant à guider et à inspirer les autorités de la Transition dans la prise de décisions.

 

Ce rapport hebdomadaire est consacré au processus de mise en œuvre des réformes politiques et électorales. Il évoque également la crise sécuritaire et les tensions politiques.
Tension politique
Il ressort de ce dernier rapport que le contexte politique est marqué par les vives réactions de la classe politique malienne suite aux déclarations du Premier ministre Dr Choguel Kokalla MAÏGA, relayées sur les réseaux sociaux, appelant les « forces du changement » à se mobiliser pour gagner les élections devant marquer la fin de la Transition.
Le Cadre d’échange des Partis et Regroupement de Partis politiques pour une Transition réussie au Mali, à travers une déclaration en date du 21 juillet 2022, a demandé la démission immédiate du Premier ministre en réaction à ses propos. Le Cadre estime qu’il est un « Premier ministre clanique, agissant contre l’esprit de la Transition ».
De même, le parti ADEMA-PASJ, dans son communiqué du 22 juillet 2022, qualifie les propos du Premier ministre de « déclaration malencontreuse » avant de lui demander « de faire preuve de courage pour démissionner de ses fonctions sans délai ».
Le parti YELEMA, dans son communiqué en date du 21 juillet, se dit « outré » par les propos du Premier ministre et rappelle au chef du Gouvernement « que le temps des compétitions électorales viendra ».
Quant au M5-RFP, il affirme que ces partis « se sont trahis en dévoilant leur vraie nature qui est fondamentalement contre le Changement, le Mali Kura et la réussite de la Transition contrairement à ce qu’ils déclarent urbi et orbi ».
Inclusivité des réformes
La Mission rappelle que la commission de rédaction de la nouvelle constitution installée le 12 juillet 2022 a initié des séances d’écoute avec des partis politiques et des organisations de la société civile.
Le 24 juillet 2022, la commission a écouté les partis politiques afin de recueillir leurs contributions en vue de l’élaboration de l’avant-projet de loi constitutionnelle.
Le rapport de la MODELE-Mali note que certains partis politiques se sont opposés au processus de rédaction d’une nouvelle constitution et même à l’idée d’une révision de l’actuelle. C’est le cas de l’ADEMA-PASJ et Espérance DJIGIYA COURA qui est un regroupement de partis piloté par la CODEM.
Le jeudi 28 juillet 2022, la commission a rencontré certaines organisations de la société civile dans le même but. Des écoutes régionales sont prévues le 2 août et des consultations en ligne.
La MODÈLE estime qu’il faut davantage de consensus et d’inclusivité dans le processus de consultation, étant entendu que des organisations spécialisées en la matière n’ont pas été approchées.
Par ailleurs, cette semaine a été marquée par des attaques dans plusieurs localités du pays. On dénombre 11 attaques terroristes, dont 2 à proximité de Bamako.
Recommandations
Sous la plume de son chef de mission, le Dr Ibrahima SANGHO, la MODELE-Mali appelle à la neutralité des autorités de la transition dans la conduite du processus électoral.
Elle les invite également à davantage de diligence dans la mise en place de l’Autorité́ indépendante de Gestion des Élections (AIGE), pour le respect des délais de la Transition.
La Mission appelle aussi à davantage de consensus et d’inclusivité dans le processus de consultation et d’écoute des parties prenantes.
La poursuite des efforts de sécurisation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national dans le respect des droits de l’Homme et du Droit international humanitaire est aussi au nombre des recommandations que la MODELE-Mali adresse aux autorités dans son dernier rapport.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

Suivez-nous sur Facebook sur