Présidentielle du 29 juillet : Cécile Kyenge s’est déclarée soucieuse de la distribution des cartes d’électeurs et de la sécurité du scrutin.

En visite au Mali, le chef de la Mission d’observation de l’Union Européenne était devant les hommes de médias ce mercredi 11 juillet 2018 pour faire le point sur les préparatifs du scrutin à près de deux semaines du scrutin. Cécile Kyenge  s’est déclarée soucieuse de la distribution des cartes d’électeurs et de la sécurité du scrutin.

Arrivée à Bamako le 10 juillet, Cécile Kyenge, le chef  de la Mission d’observation de l’Union

Européenne (MOE  UE) a rencontré la plupart des acteurs de l’élection présidentielle fixée au 29 juillet 2018. Mme Kyenge s’est entretenue avec le Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation(MATD) en charge de l’organisation des élections, avec  le Délégué Général aux Elections(DGE), avec le Ministre de la sécurité et de la protection civile ainsi avec le Ministre de la défense et des anciens combattants. Elle a pris connaissance des mesures prises par le gouvernement pour assurer la sécurité de la campagne électorale et des bureaux de vote ainsi que l’état d’avancement des préparatifs du scrutin. Le chef de la MO de l’UE s’est  ensuite entrevue, au cours d’une table-ronde, avec 17 des 24 candidats à l’élection présidentielle ou leurs représentants, dont le président –candidat  Ibrahim Boubacar Keita, et le chef de file de l’opposition Soumaila Cissé.

Des préoccupations soulevées par des interlocuteurs de la Mission sur le processus électoral

Au cours de ces rencontres, Cécile Kyenge a pris note des préoccupations soulevées par certains de ses interlocuteurs sur la distribution en cour, depuis le 20 juin, des nouvelles cartes d’électeurs biométriques, ralentie notamment par une grève des administrateurs civils, sur les préparatifs du scrutin en particulier dans les zones où l’administration n’est pas ou peu déployée, ainsi que la sécurisation des candidats et des électeurs pendant la campagne électorale et le jour du scrutin, essentiellement dans les zones du centre et du nord du pays en proie à des conflits intercommunautaire ou sous la menace de groupes extrémistes armés.

“Même si je suis persuadée de la bonne volonté du gouvernement et de l’administration en matière d’avancées du processus électoral, je suis néanmoins soucieuse du rythme de distribution des cartes d’électeur à près de deux semaines du scrutin, des mesures complémentaires sont prévues comme la poursuite de la distribution de ces cartes d’électeur le jour du vote, mais si le rythme de distribution n’est pas à niveau, notamment dans certaines zones, nombre d’électeurs pourraient faire face à de sérieuses difficultés dans l’exercice du droit de vote”, a déclaré Cécile Kyenge.

Awa Sogodogo 

Source: L’ indicateur du renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur