Présidentielle 2018 : MODIBO SIDIBÉ CANDIDAT DU NOUVEAU PÔLE POLITIQUE

Les partis membres du Nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique (NPP) et les associations, mouvements et clubs de soutien signataires de la charte dudit pôle ont investi, dimanche au palais de la culture, leur candidat à la présidentielle du 29 juillet 2018 en la personne de Modibo Sidibé.

Président du parti les Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE AN KA Wuli), candidat malheureux à la dernière élection présidentielle, ancien Premier ministre, Modibo Sidibé est présenté par ses soutiens comme une «alternative crédible». La salle Bazoumana Sissoko avait, à l’occasion, fait le plein. Militants et sympathisants (venus de l’intérieur comme de l’extérieur du pays), des partis du NPP, représentants de partis amis et nombre d’invités de marque avaient tenu à être témoins de cet évènement. La mobilisation attestait de la bonne santé de ce regroupement politique. Cette cérémonie d’investiture a, en effet, consacré l’adhésion de nouveaux partis et associations au NPP. Après que leurs responsables aient, tour à tour, signé la charte du pôle, Binafou Sidibé, au nom des adhérents, a lié leur choix aux valeurs d’intégrité morale, de patriotisme et d’homme de devoir qu’incarne Modibo Sidibé. «Pour le Mali, il ne veut que la paix, l’autosuffisance alimentaire… Un Mali nouveau», a-t-il déclaré. Amadou Tiéman Sangaré, représentant des partis politiques du NPP, s’est laissé séduire par la vision du candidat pour le Mali. Il a rappelé les grands défis auxquels notre pays fait face, avant de présenter Modibo Sidibé comme une alternative crédible qui mettra en oeuvre un programme de redressement du Mali. Tout en engageant toutes les composantes du NPP à œuvrer pour le triomphe de son candidat, Amadou Sangaré a appelé les Maliens à «s’octroyer leurs cartes d’électeur et à rester vigilants pour empêcher la fraude lors du scrutin». Fraîchement investi, Modibo Sidibé s’est félicité du choix porté sur sa personne pour «conduire cette bataille électorale» qui se déroulera dans un «contexte inédit». Un contexte, dit-il, caractérisé principalement par un «affaiblissement généralisé de l’Etat, une inadéquation profonde entre le mode de gouvernance en cours et les défis politiques, économiques, sociaux et sécuritaires auxquels notre pays est confronté». Le candidat à la présidentielle a dénoncé l’aggravation de la détérioration constante des conditions de vie des populations, le délitement des valeurs sociétales et l’effondrement de notre système éducatif ainsi que la persistance des affrontements intercommunautaires. «Il ne s’agira ni plus ni moins que de choisir entre le redressement du pays et son affaissement», selon le candidat du NPP pour qui le peuple malien n’aspire qu’à porter à sa tête un leader qui saura réactiver les ressorts de notre pays afin de le tirer de l’abîme. «Avec votre soutien, j’entends incarner cette exigence, parce qu’il nous faut réparer le Mali», a-t-il déclaré, convaincu qu’avec l’ensemble des Maliens, il est possible de relever les défis de l’heure et de bâtir un Mali nouveau. L’ancien Premier ministre entend, une fois élu à la tête de la magistrature suprême, engager notre pays dans une «transition historique» pour offrir de véritables opportunités aux générations montantes, et jeter les fondamentaux en matière institutionnelle, sécuritaire, infrastructurelle et éducative.

Issa DEMBÉLÉ

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook sur