Présidentielle 2018 : La Cour Constitutionnelle confirme un 2ème tour entre IBK et Soumaïla Cissé

Hier, mercredi 8 août 2018, dans l’après midi, la Cour Constitutionnelle du Mali a proclamé les résultats définitifs du premier tour de l’élection du président de la République (scrutin du 29 juillet 2018). A l’image de ce résultat, le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est arrivé en tête avec 1.331.132 voix soit 41, 70% suivi du chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé avec 567.679 soit 17, 78%. Au total, 23 requêtes ont été formulées par les candidats afin d’avoir gain de cause telles que l’annulation pure et simple du vote dans certaines localités du pays eu égard des irrégularités. Mais, la plupart de ces recours ont été rejetés par les neuf sages de la Cour constitutionnelle. Le second tour prévu le dimanche 12 août 2018 sera un duel entre IBK et Soumaïla Cissé.

C’est aux environs de 15 heures que la Cour constitutionnelle a proclamé les résultats définitifs de l’élection présidentielle tenue le dimanche 29 juillet 2018. Et c’est presque la confirmation des résultatsdu ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation. Selon la présidente de la Cour Constitutionnelle du Mali, Manassa Danioko, le nombre d’inscrits est de 8 000 462 personnes, le nombre de votants est de 3 416 218, les bulletins nuls sont 224 069, les suffrages exprimés sont 3 192 149. Avant d’ajouter que le taux de participation est de 42,70%.

Dans l’arrêt N°2018-03/cc du 08 août 2018 portant proclamation des résultats définitifs du premier tour de l’élection du président de la République (scrutin du 29 juillet 2018),  les candidats ont obtenu les suffrages suivant : Ibrahim Boubacar KEITA (1.331 132 voix soit 41,70%); Aliou DIALLO (256 404 voix soit 8,03%); Choguel Kokalla MAÏGA (68 970 voix soit 2,16%); Harouna SANKARE (67 406 voix soit 1, 80%); Housseini Amion GUINDO (124 506 voix soit 3, 90%) ; Mamadou Oumar SIDIBE (54 274 voix soit 1,70%) ; Soumaïla CISSE (567 679 voix soit 17, 78%); Dramane DEMBELE (18 737 voix soit 0,59%); Moussa Sinko COULIBALY (30 232 voix soit 0,95%%); Cheick Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo DIARRA (236 025 voix soit 7,39%); Niankoro Yeah SAMAKE (16 632 voix soit 0,52%); Modibo KONE (72 941 voix soit 2, 29%) ; Daba DIAWARA (22 991 voix soit 0,72%) ; Mamadou DIARRA (36 124 voix soit 1,13%); Mohamed Ali BATHILY (17 712 voix soit 0,55%); Mamadou TRAORE (15 502 voix soit 0,49%); Modibo SIDIBE (45 453 voix soit 1,42%); Hamadoun TOURE (17 087 voix soit 0,54%) ; Modibo KADJOKE (30 479 voix soit 0,95%); Adama KANE (26 084 voix soit 0,82%); Kalfa SANOGO (38 892 voix soit 1,22%) ; Madame Djénéba N’DIAYE (12 275 voix soit 0,38%); Oumar MARIKO (74 300 voix soit 2, 33%) et Mountaga TALL (20 312 voix soit 0,64%).

Ainsi, au regard de ce résultat définitif, les candidats Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) et Soumaïla Cissé seront au 2ème tour prévu le dimanche 12 août 2018. La troisième position a été obtenue par le candidat de l’Adp-Mali, Aliou Diallo. Cheick Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo Diarra du Rpdm arrive en quatrième position tandis que la cinquième place est gardée par Housseini Amion Guindo. Dans son arrêt, la Cour Constitutionnelle a ordonné le remboursement d’office par le trésor public des cinquante pour cent du cautionnement de vingt-cinq millions de francs payés par chacun des candidats suivants : Ibrahim Boubacar KEITA, Soumaila CISSE, Aliou DIALLO, Cheick Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo DIARRA ayant obtenu chacun 5% au moins des voix.

Plus de 20 requêtes formulées par les candidats

Au total, 23 requêtes ont été formulées par les candidats afin d’avoir gain de cause telles que l’annulation pure et simple du vote dans certaines localités du pays eu égard des irrégularités. La Cour informe que par requête conjointe en date du 03 août 2018, les candidats Soumaïla Cissé, Aliou Diallo, Mamadou Diarra, Moussa Sinko Coulibaly, Mohamed Aly Bathily, Kalfa Sanogo sollicitent de la Cour Constitutionnelle la récusation de ses membres suivant : Mme Manassa DANIOKO, Mpèrè DIARRA, Fatoumata DIALL, Mahamadou BOIRE, Zoumana Moussa CISSE et Seydou Nourou KEITA.

L’arrêt de la Cour indique également que par requête écrite en date du 03 août 2018 enregistrée sous le numéro 153 le 04 août 2018, Soumaila CISSE, candidat à l’élection du Président de la République, (scrutin du 29 juillet 2018), ayant pour conseils le Cabinet SEYE, représenté par Maître Magatte A. SEYE, Maîtres Amidou DIABATE, Souleymane COULIBALY, Maliki IBRAHIM, Hamidou MAIGA, Oumar Abacar SIDIBE, Abdourahamane Ben Mamata TOURE, Mohamed Abdoul Malick DIALLO et Aliou Abdoulaye TOURE, tous avocats inscrits au Barreau du Mali, a saisi la Cour constitutionnelle aux fins d’annulation des résultats du scrutin du 29 juillet 2018 relatif à l’élection du Président de la République.

A l’appui de sa requête, indique l’arrêt de la Cour, il invoque plusieurs irrégularités qui ont émaillé le déroulement du scrutin du 29 juillet 2018, influençant fortement les résultats obtenus par lui, notamment dans certaines circonscriptions du nord et du centre ainsi que dans certaines localités du sud du pays ; il expose à ce sujet qu’à Rharous, le matériel électoral de 17 villages a été enlevé ; qu’à Sikasso, dans le centre de vote du groupe scolaire Flasso, les bureaux de vote N°9, 10 et 11 n’ont pas été retrouvés dans ledit centre et que les électeurs devant exercer leur droit de vote dans ces bureaux en ont été privés ; Que par ailleurs, poursuit l’arrêt, la non disponibilité des cartes d’électeur dans la plupart des centres de vote, le jour du scrutin, a causé la démotivation de nombreux électeurs. La cour indique que Soumaïla Cissé soulève dans sa requête la violation de l’article 88 de la loi électorale en ce qu’à Niono, une attaque s’est soldée par un mort et que treize localités ont été privées de vote.  Dans la requête de Soumaïla Cissé, il ressort que plus de deux cents bureaux de vote n’ont pas été ouverts dans le cercle de Tenenkou, le matériel électoral n’ayant pas été envoyé par l’Administration et le personnel électoral dissuadé de se rendre dans les localités concernées.

Dans sa requête déposée auprès de la Cour, le candidat Soumaïla Cissé a fait savoir que dans les localités de Kidal, Tin Essako, Abeïbara, Achibogo, Tessouk, Tinsaden, Aguel Hock et Tessalit, le scrutin a également été émaillé par des irrégularités notamment des bourrages d’urnes. Au regard de tout ce qui précède, le candidat Soumaïla Cissé sollicite la cour à dire le droit. En ce qui concerne la récusation de six membres de la Cour, cette requête a été déclarée irrecevable par les sages de la Cour Constitutionnelle. A noter que sur la vingtaine de recours faits par les candidats, la Cour constitutionnelle a rejeté la plupart pour forclusion du délai de recours.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain

Suivez-nous sur Facebook sur