Premier conseil des ministres du gouvernement dirigé par Soumeylou Boubèye MAÏGA : IBK décline les grandes lignes de la mission de la nouvelle équipe

Dans son allocution inaugurale du premier conseil de ministres du nouveau gouvernement, le président de la République Ibrahim Boubacar KEITA, a, tout d’abord, engagé Soumeylou Boubèye Maïga et son équipe à poursuivre l’exécution et le prolongement des chantiers déjà ouverts dans les domaines qui constituent des défis importants à relever. À savoir : la lutte contre le terrorisme et l’insécurité, l’énergie, l’eau, le désenclavement, l’éducation, l’agriculture et la santé. Ensuite, IBK a invité le gouvernement à accorder une attention particulière aux questions suivantes : 1. La poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. 2. L’endiguement de l’insécurité grandissante dans le centre du pays. 3. La satisfaction de la demande sociale par l’accélération de la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales. 4. L’organisation d’élections transparentes, crédibles et apaisées.

Poursuivre la mise en œuvre de l’accord pour la paix issu du processus d’Alger

Selon le président de la République, le renforcement d’un climat de paix et de sécurité sur toute l’étendue du territoire national mérite toute l’attention de l’État. Après avoir salué les efforts déployés par le gouvernement et les parties signataires en ce qui concerne la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta a exhorté le gouvernement à poursuivre les efforts pour maintenir le climat de confiance entre les parties signataires de l’Accord, tout en prenant en compte les aspirations des uns et des autres. Car, pour lui, l’accélération de la mise en œuvre dudit accord est une des conditions essentielles pour la paix et la tranquillité sociale.

Au demeurant, la paix ne sera durable qu’au prix d’une entente nationale. C’est dans ce cadre que la Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale, issue des conclusions de la Conférence d’entente nationale, propose des mesures d’amnistie en faveur de certains acteurs de la rébellion armée de 2012. Il a demandé au gouvernement d’initier très rapidement un projet de loi sur l’entente nationale qui prendra en charge ces propositions.

L’endiguement de l’insécurité grandissante dans le centre du pays

 Selon IBK, la Lutte contre le terrorisme et l’insécurité passe par une montée en puissance et en efficacité de nos forces armées et de sécurité. C’est pourquoi il invite l’exécutif national à poursuivre et à intensifier la mise en œuvre de la Loi d’Orientation et de programmation militaire (LOPM) et de la Loi d’Orientation et de programmation sécuritaire (LOPS). Il dira aussi que le gouvernement doit être constamment animé de l’idée de contribuer au renforcement des structures et mécanismes nationaux et internationaux mis en place, dont le G5 Sahel.

La situation sécuritaire des régions du centre demeure un défi important pour lequel des réponses adéquates sont attendues par les populations. C’est la raison pour laquelle, Ibrahim Boubacar Keïta demande à accélérer, sans délai, l’opérationnalisation effective du Plan de sécurisation intégrée des régions du centre (PSIRC).

La stabilisation du climat social

Selon IBK, la paix au Mali ne saurait être durable que si elle est soutenue par la satisfaction des besoins essentiels des populations. C’est pourquoi, le Programme présidentiel d’urgences sociales, qui comporte de vastes chantiers sur la santé, le désenclavement, l’éducation et la fourniture d’eau et d’électricité, a été élaboré. Il a demandé au gouvernement d’accélérer la mise en œuvre de ce programme afin de soulager les souffrances de nos braves populations, réduire les inégalités sociale.

L’organisation d’élections transparentes, crédibles et apaisées

 L’année 2018 est une année électorale. Au regard des attentes des Maliens, selon Ibrahim Boubacar Keïta, il est de la plus grande importance que les élections soient transparentes et crédibles pour mettre notre pays à l’abri d’une dégradation du climat social. Une élection comporte plusieurs étapes très importantes. Des résultats fiables sont fortement tributaires d’un fichier électoral crédible, d’opérations efficaces de distribution de cartes NINA, de dépouillements transparents des bulletins de vote et d’une saine gestion des bureaux de vote.

Ibrahim Boubacar Keïta a en fin donné instruction au gouvernement de veiller scrupuleusement à la bonne gestion du temps afin d’éviter l’improvisation pour relever ce défi.

 

André Traoré

 

Source: Soleil Hebdo

Suivez-nous sur Facebook sur