Pour l’honneur de l’Assemblée Nationale, : Je suis Candidat

L’ancien Premier ministre d’Ibrahim Boubacar Kéïta, député élu en commune IV du district de Bamako, non moins président du Parti Yelema Le Changement, Moussa Mara est candidat à la Présidence de l’Assemblée nationale. Dans un document de deux (2) pages  intitulé : « Pour l’honneur de l’Assemblée Nationale, je suis candidat », l’ex maire de la commune IV annonce son intention de briguer le Perchoir.

 

Chers collègues députés ;

Nous venons de nous enregistrer pour occuper la fonction honorable que nous avons sollicitée auprès de nos électeurs. Nous entamons notre mandat dans les conditions très difficiles. Notre légitimité a été entachée en plusieurs occasions et cela aura un impact sur la crédibilité de la législature.

Cette législature commence à un moment particulièrement délicat pour notre pays. Le Mali est toujours empêtré dans la crise au Nord avec un accord de paix difficilement mis en œuvre. Il est gangréné par le terrorisme et les conflits intercommunautaires au Centre, dans un contexte qui mine l’unité nationale et compromet gravement la réconciliation entre les Maliens. Il subit les affres de la pandémie COVID 19 aux conséquences socio-économiques incalculables. Les questions de gouvernance, de corruption, les faiblesses structurelles de l’Etat, l’école malienne en décrépitude, la défiance grandissante entre les citoyens et leurs représentants demeurent et contribuent à pousser le pays vers l’abîme.

Le contexte ainsi décrit requiert de notre parlement de jouer pleinement son rôle de gardien sourcilleux de l’intérêt des maliens en contrôlant de manière rigoureuse l’action de l’exécutif. Et cela en toute indépendance.

Comment le faire quand le parlement lui-même souffre de crédibilité et voit son honneur remis en cause par les citoyens ?

Il nous faut faire des efforts importants pour faire face aux attentes de nos concitoyens et rehausser l’image de l’Institution dans l’esprit des maliens. Nous le devons à nos électeurs et nous le devons à notre pays.

Nous devons faire l’effort de choisir un Président de l’Assemblée, non pas sur des bases partisanes, mais en fonction des enjeux présentés ci-dessus. Une personnalité qui saura fédérer toutes les énergies de l’Assemblée, utiliser toutes les compétences des élus pour faire de notre Institution un des socles de la démocratie malienne. Une personnalité qui saura donner un visage de sérénité, de rigueur, de représentativité et d’indépendance à l’assemblée nationale. Une personnalité qui fera rayonner le parlement dans le concert des nations lors des évènements auxquels nous prendrons part. Une personnalité dont les compétences, la crédibilité, l’expérience et la probité sont reconnues au Mali et en dehors du pays. Ce qui rejaillira sur le Parlement en entier.

Chers collègues ;

Je voudrais modestement vous soumettre ma candidature pour être ce Président qui engagera notre Institution dans la voie de la restauration de son honneur et de la réhabilitation de l’image des parlementaires auprès des Maliens. Pour nous tous et pour notre démocratie !

J’exercerais cette fonction avec vous tous et sans aucune discrimination de nature partisane. Figurant dans un groupe de trois députés uniquement, je ne saurais avoir de comportement majoritaire. Lançant à chaque occasion, depuis deux ans, des appels au rassemblement et à l’unité de la classe politique, je n’aurais de cesse de vous rassembler pour jouer de manière indépendante notre mission. Ayant dirigé le Gouvernement, je travaillerais avec vous pour que toutes les prérogatives du parlement soient respectées et que la courtoisie dans la collaboration n’entache en rien nos missions de contrôle de l’action gouvernementale dans l’intérêt exclusif des Maliens.

Je serais le Président d’une Assemblée qui va recevoir et diligenter tous les projets du Gouvernement mais en étant intransigeant sur les intérêts de nos compatriotes et du pays. C’est de ce type de parlement dont le Mali a besoin et cela sera à l’honneur de l’exécutif.

Chers collègues ;

Notre Institution et notre démocratie sont à un tournant majeur. Nous accueillons un nombre sans précédent de femmes à l’assemblée nationale. Ce fait historique doit marquer une rupture avec le passé et illustrer plus que jamais une Assemblée au service des maliens. C’est la seule raison qui justifie notre présence dans ce lieu historique.

Je souhaite vivement que l’honorable Soumaïla CISSE soit rapidement libéré afin qu’il vienne contribuer à cette œuvre de refondation.

Je vous remercie d’avoir accordé un temps pour recevoir et étudier cette candidature.

Que Dieu nous inspire et nous aide à faire les bons choix pendant cette législature !

Vive le Mali uni, stable et prospère !

Moussa MARA

Le Challenger

Suivez-nous sur Facebook sur