Politique, réformes, sécurité: le message du RPM au Président IBK

Un an après leur dernière rencontre, le Président IBK a reçu, le mardi dernier, à Koulouba, les membres de sa famille politique. Après l’introduction du débat par le Président du RPM, le Dr Bocari TRETA, il est revenu au Secrétaire général, Me Baber GANO, de délivrer le message du Parti. La vie du Parti, les réformes politiques et institutionnelles, la situation sécuritaire et les défis à relever, en sont les principales thématiques. De façon spécifique, le message porte sur l’état des lieux de la démarche politique en cours et la remontée des griefs et recommandations des Partis rencontrés ; la bonne santé du Parti, nonobstant quelques départs à l’issue des conférences d’investitures des législatives ; l’appel à l’union sacrée autour du Mali et les encouragements au Gouvernement pour les progrès réalisés en matière de sécurisation des populations ; la nécessité de poursuivre le dialogue ; le soutien renouvelé du RPM au Président IBK.

Nous vous livrons en exclusivité l’intégralité du discours du Secrétaire général du RPM.

Monsieur le Président de la République,

C’est avec un réel plaisir que nous avons accueilli votre avis favorable d’accepter de rencontrer le RPM à sa demande pour lui accorder une audience d’échanges et de fraternité entre vous-même Président fondateur du RPM et les membres de votre famille politique.

Une rencontre de ce genre, Monsieur le Président de la République, a toujours fait date au RPM. Vous l’aviez créée et maintenue entre nous pour qu’elle soit notre cadre de retrouvailles familiales, de serrer nos mains, de garder un contact physique avec nous, de sourire avec nous et de nous réarmer moralement pour votre accompagnement dans la mission de Président de la République et de chef de l’Etat que le peuple du Mali vous a confiée.

Monsieur le Président de la République,

Notre dernière rencontre de janvier 2018 a été l’occasion pour nous de vous présenter nos vœux de bonne réussite pour vous-même, votre famille et à l’ensemble de vos collaborateurs.

A cette occasion également, nous vous avions souhaité une bonne réussite des élections présidentielles dans un climat d’apaisement politique et social, afin de sauvegarder notre démocratie à travers l’organisation des élections transparentes, crédibles, sincères et inclusives.

Monsieur le Président,

Nos vœux ont été exaucés.

Un an après cette dernière rencontre, nous voilà Monsieur le Président en face de vous en 2019 pour vous réitérer les mêmes vœux de Nouvel An de bonheur, de succès, de paix, d’entente et de longévité à vous, à votre famille et à vos collaborateurs et à l’ensemble de personnes qui vous sont chères.

Permettez-nous, Monsieur le Président, en ce moment d’enthousiasme et d’émotion entre vous et nous, de vous adresser nos vives félicitations pour votre brillante élection à la magistrature suprême du Mali que les résultats du scrutin Présidentiel vous ont attribués à travers un suffrage universel que les Maliens vous ont accordé à un taux de presque 70%.

Le RPM s’est réjoui d’avoir participé massivement à cette élection et d’avoir joué son rôle de locomotive au sein de la convention des partis politiques de la Majorité présidentielle dénommée : «EPM » créée et mise en place par vous-même pour tous les partis politiques qui ont souhaité vous apporter leur soutien à l’élection présidentielle de juillet-août 2018.

Certes, Monsieur le Président, vous aviez reçu nos pluies de SMS, de lettres et de communiqués pour vous exprimer nos sentiments de joie pour votre deuxième mandat, mais pour nous rien ne peut remplacer ces moments que vous passez avec nous cet après-midi pour nous témoigner de votre amour, de votre sympathie et de votre confiance en nous.

Merci Monsieur le Président pour votre esprit de camaraderie.

Vous nous manquiez !!!

Monsieur le Président, nous ne pourrions fermer cette page des élections présidentielles sans féliciter et remercier le chef du Gouvernement, Monsieur Soumeylou Boubeye MAÏGA et l’ensemble des membres du Gouvernement qui n’ont ménagé aucun effort pour la bonne réussite de l’élection présidentielle.

La bonne organisation du scrutin et sa réussite sont à cet actif et à l’ensemble des partis politiques EPM et de la société civile.

Monsieur le Président,

Pour une rencontre entre vous et nous, les sujets sont multiples et inépuisables et souvent nos signes labiaux emboîtent le pas sur notre orthophonie par la hâte de vous dire tout ce que nous avons dans notre ventre.

Et Dieu sait que nous avons plein le ventre.

Mais pour faire court et bref en raison de votre agenda et du temps qui nous est imparti, nous avons convenu pour l’essentiel sur quatre points au centre de nos échanges que nous vous déclinons ainsi qu’il suit : il s’agit pour nous de vous faire le point sur la vie du parti, ses activités et ses difficultés sur les réformes politiques et institutionnelles que vous envisagiez nos démarches d’appropriation et d’accompagnement et enfin sur les défis politico-sécuritaires, nos constats et pistes de solutions.

I.Sur la Vie du Parti

Monsieur le Président, dans la perspective de la poursuite du processus électoral de l’année 2018 validé par le Gouvernement et l’ensemble de la classe politique, le Parti, en vue des préparatifs des élections législatives prévues pour novembre-décembre 2018, avait organisé des conférences de section d’investiture des candidats aux législatives dans toutes les sections du Mali. Au cours de ces procédures d’investitures, certains députés dans leur circonscription se sont vus retirer leur mandat que les militants n’ont pas renouvelés en eux et qui pour cette cause ont, contre toute règle de fair-play politique, quitté le Parti en adressant leur démission pour d’autres choix dans leur orientation politique.

Le Parti a enregistré au moins 15 départs. À ceux-ci s’ajoutent d’autres démissions pas dans le même contexte, d’élus municipaux, de responsables et de cadres du Parti dans la période de septembre à décembre 2018 qui ont fait beaucoup de bruits au plan médiatique et qui ont, durant cette période, démobilisé et même déstabilisé le Parti.

Face à ce constat et à la suite du report des élections législatives et de la prorogation du mandat des députés pour les raisons politiques et juridiques que le Gouvernement a souligné, le Parti, dès janvier 2019, a décidé d’organiser des conférences régionales de redynamisation et de remobilisation de ses structures, afin de faire le point de l’état des lieux et d’apporter des solutions politiques et concrètes. C’est ainsi que les conférences régionales de Koulikoro, Sikasso, Kayes ont pu être tenues dans la période de janvier-février 2019 et pour les autres régions, les programmations sont en cours pour que d’ici la 1re quinzaine du mois de mars que toutes les conférences soient bouclées.

À ce calendrier du Parti sont annoncées pour cette année 2019, la tenue d’un comité central que le BPN du Parti a fixé pour les 16, 17 mars 2019 et aussi la tenue du congrès ordinaire du Parti prévu pour octobre 2019.

Pour l’instant, Monsieur le Président, nous pouvons vous rassurer que les fonctionnements de nos structures à la base n’ont pas été entamés par ces démissions. Ceux qui sont partis et qui n’ont manifesté leur ego que pour eux-mêmes n’ont pas pu amener les militants de base avec eux et n’ont pas réussi à déstabiliser le Parti tel qu’ils l’avaient pensé.

Dieu merci, le Parti se porte bien dans les fédérations régionales visitées et enregistre même des adhérents pour le projet de société et le programme présidentiel que vous aviez soumis aux Maliens lors de la campagne présidentielle.

Monsieur le Président, malgré ce resserrement des coudes, partout où elles ont eu lieu, les conférences régionales ont ressorti un immense besoin de promotion des cadres, de quêtes de besoins sociaux de base (infrastructures, écoles, santé, etc.) et surtout d’employabilité des jeunes.

Toutes ces fédérations, au cours de leurs assises, se sont résolument engagées à vous accompagner pour le second mandat et à vous soutenir pour toutes les réformes politiques et institutionnelles qui sont en cours ;

II.Pour les Réformes Politique et Institutionnelles

Dès l’adoption par le Gouvernement du projet de la loi organique prorogeant le mandat des députés et son vote par l’Assemblée Nationale, le Parti a très vite compris que pour accomplir sa vocation de parti d’avant-garde et de force de proposition qu’il fallait entamer un dialogue politique avec l’ensemble de la classe politique Majorité-Opposition.

C’est ainsi que dans cette démarche, le Parti a envoyé des correspondances à plusieurs partis leur demandant à échanger dans le cadre des relations de coopération bilatérale sur les sujets de réformes politiques et institutionnelles, du dialogue politique et de la situation sécuritaire incluant la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

Le Parti a été reçu successivement dans cette quête du dialogue politique par l’ASMA du 1er Ministre Soumeylou Boubeye MAÏGA, le 16 janvier 2019, par l’URD de Soumaïla CISSE, le 17 janvier 2019, par l’ADEMA-PASJ de Tiémoko SANGARE, le 31 janvier 2019, par la COFOP, Régroupement de Partis Politiques et sa Conférence de Présidents, Moussa SINKO, Abdoulaye Amadou SY, Housseyni Amion GUINDO, le 02 février 2019, par l’ADP MALIBA de Amadou THIAM, le 02 février 2019, par le RPDM de Cheick Modibo DIARRA, le 04 février 2019, par YELEMA du 1er Ministre Moussa MARA, le 06 février 2019, par le FARE du 1er Ministre Modibo SIDIBE, le 08 février 2019.

Au cours de ces rencontres, Monsieur le Président, qui ont été empreintes de courtoisie, de respect et de débats francs, nous avons senti qu’il y avait une vraie nécessité entre les acteurs politiques de se parler, de vaincre la méfiance, de dialoguer et de s’entendre sur la bonne conduite des reformes politiques dont la nécessité est reconnue par tous. Pour la plupart de ces partis politiques, la question du pourquoi des reformes n’est plus à poser et le besoin est criante, mais c’est plutôt et surtout le comment les réussir qui revient sur toutes les lèvres.

Les récriminations çà et là ont porté sur le Comité d’experts, sa mise en place et son fondement juridique qui, pour certains, ne pas inclusifs et pour d’autres ne sont pas légal.

Pour ces raisons, beaucoup ont émis des réserves.

Quant au Cadre de concertation créé par le Gouvernement, il a été salué par la classe politique, mais aussi critiqué pour son défaut d’inclusivité et de son encrage politique.

Monsieur le Président, nous saluons la concrétisation de nos efforts par votre rencontre avec EPM, le samedi 16 février 2019 et vous félicitons pour votre coup de fil à l’endroit de votre frère et cadet Soumaïla CISSE de l’Opposition pour la décrispation de la situation politique de notre pays. Par ce geste, vous venez de reprendre en main la préoccupation fondamentale de la cohésion sociale et du rassemblement de toutes les filles et fils de bonne foi du pays autour de l’essentiel de ce qui nous unit tous, à savoir le Mali.

Le Parti vous encourage à persévérer sur cette voie et vous rassure de son soutien indéfectible à surmonter toutes les épreuves du moment qu’elles soient Nationales ou internationales.

C’est l’occasion pour nous, Monsieur le Président, de vous témoigner de notre grande ceinture autour de vous pour vous aider à honorer à date fixe et buttoir les engagements du Gouvernement du Mali, pris devant la communauté internationale pour la mise en œuvre de l’Accord par un agenda court et contraignant à travers la résolution 2423 du Conseil de sécurité de l’ONU dont l’échéance est prévue au 30 janvier 2019.

Nous estimons que l’ouverture que vous venez d’entamer dans le dialogue politique avec votre propre majorité EPM doit se poursuivre et s’étendre à tous les regroupements politiques de l’Opposition pour qu’à la sortie, vous puissiez proposer à toute la classe politique un forum des partis politiques pour les réformes politiques et institutionnelles nécessaires à notre démocratie et aux fonctionnements de nos institutions.

III.Pour la Situation Sécuritaire et les Défis à Relever

Monsieur le Président, le pays est actuellement confronté à beaucoup de défis multiformes qui sont politiques, économiques, sociaux et sécuritaires pour ne citer que ceux-ci.

Mais, parmi tous ces défis celui qui se rapporte à la situation sécuritaire, nous paraît plus important. Monsieur le Président, la situation sécuritaire qui était plus au nord à votre arrivée au pouvoir en 2013 s’est malheureusement déplacée vers le Centre à partir de 2015 avec le prédicateur djihadiste Amadou Kouffa et sa Katiba du Macina et un peu plus au sud en fin décembre 2018 et courant 2019 par des attaques criminelles de bandits armés contre des populations paisibles.

Le Parti a apprécié votre déplacement à Mopti lors de l’attaque djihadiste contre le village de Koulogon-Peul qui a coûté en vies humaines 37 personnes tuées et à saluer votre initiative d’un retour à Mopti pour des assises entre toutes les communautés et confréries dans le règlement des conflits et des crises qui embrasent les communautés et menacent de mettre en péril leur vivre ensemble.

Le Parti salue les énormes efforts du Gouvernement dans le redéploiement des FAMAS à travers des postes avancés de sécurisation dans les localités du Centre, afin de garantir la protection et la sécurisation des populations.

Par ces efforts qui sont visibles, le Gouvernement, à travers le Plan de sécurisation intégré des régions du Centre, réalise des progrès énormes sur le terrain.

À ces efforts militaires qui sont très réconfortants, le Parti vous exhorte à plus de dialogue politique par vous-même pour parler au peuple du Centre et trouver un règlement politique et durable à sa crise, à travers votre implication personnelle.

Monsieur le Président, votre parti vous fait confiance et vous sait capable de résoudre tous les défis du moment par votre grande capacité d’écoute et d’orientation.

Pour terminer, Monsieur le Président, nous vous félicitons pour le choix et la confiance que vos pairs de l’Union Africaine vous ont portés en vous désignant Coordinateur de la culture et du patrimoine des arts et de la culture de l’Afrique pour vos mérites personnels et surtout votre profond attachement aux valeurs culturelles de l’humanité.

Bravo pour cette distinction.

Monsieur le Président, je vous emprunte, avec votre permission, votre mot en vous disant que votre peuple du RPM vous est tout ouïe pour vos orientations.

Merci de votre attention

Fait à Bamako, le 18 février 2019

Pour le RPM

Le Secrétaire Général

Me Baber GANO

 

Source: info-matin.

Suivez-nous sur Facebook sur