MOUSSA MARA : “La chine ne doit plus être considérée comme une réalisatrice de stades…”

Le président du parti Yelema,  Moussa Mara a animé une conférence de presse, hier au siège de son parti  sur sa visite d’une semaine en République populaire de Chine.

 

L’ancien Premier ministre était l’un des invités de la  Fondation global leadership dans le cadre d’une  réunion exploratoire  pour la création du futur fond de soutien sur le commerce international.

Cette visite  du 7 au  14 août dernier inscrit dans le cadre de la conduite des grands changements stratégiques a mobilisé les acteurs de la société civile, des penseurs, des  chercheurs, des hommes politiques et des acteurs de l’économie.

Ils étaient plusieurs anciens Présidents  et anciens ministres venus de  divers horizons  à y participé. Il s’agit des anciens présidents de la Bolivie, d’Equateur, du Mexique, de la Slovénie, d’Ukraine, de Chipre, du Costa Rica et des Premiers ministres maltais et malien.

Les activités  de cette réunion exploratoire se sont tenues sur  quelques  points essentiels.

De la présentation des atouts du “Made in Chine”, de la rencontre des hommes d’affaires et des sociétés importantes, du projet de création d’un fond et d’une banque de promotion  des relations commerciales dans  le cadre de la  BRI (Belt and road initiative), entre autres.

Cette initiative, selon le président du parti  Yelema, Moussa Mara,  permettra non seulement aux  hommes d’affaires chinois de  pousser  en avant leur initiative à l’extérieur, mais aussi de contribuer à la prospérité et la réalisation de projets mutuellement  avantageux entre la Chine et le reste du monde. “Un groupe d’investisseurs situés dans la ville de Ningbo est en train de s’installer  en Tunisie, au Madagascar, en  Ouganda et cherchent un pays à l’Ouest de l’Afrique. Cela est une énorme  opportunité  à saisir“, nous a confié le conférencier.

Selon  Moussa Mara, le Mali comme  les autres  pays africains doivent avoir une attention plus marquée sur la chine et son évolution récente. “La politique de reformes économiques et d’ouverture a permis à la Chine de sortir de la pauvreté plus de 400 millions de ses citoyens en l’espace d’une génération“, indique-t-il.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur