Mali : les exigences de Tiébilé Dramé pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix !

Au cours de la troisième session consultative de haut niveau, tenue ce 17 juin 2019, à l’Hôtel Azalai de l’Amitié de Bamako, le ministre des Affaires et de la coopération internationale du Mali, Tiébilé DRAME a exigé à ce que les dispositions de l’accord relatives au respect de l’intégrité territoriale du Mali, à l’unité nationale du Mali, à la forme laïque et républicaine de l’État soient appliquées. Il a aussi rappelé que le corolaire de ces dispositions est le respect des symboles de l’État, le drapeau national et le chant du Mali.

À l’ouverture des travaux, le ministre des Affaires et de la coopération internationale du Mali, Tiébilé DRAME, a souligné que depuis la dernière session de haut niveau du comité de suivi de l’accord tenu en février 2019, la situation a été marquée par une dégradation au plan de la sécurité. Une situation sécuritaire complexe qu’il faudra avoir le courage de regarder en face, notamment au centre de notre pays où les violences intercommunautaires ont entrainé la mort de nombreux citoyens. La dernière violence en date survenue dans la commune rurale de Sangha a laissé plus de 30 morts. Avant, il y a eu Ogossagou le 23 mars, a-t-il ajouté.

« Nous avons urgence au sein de ce Comité de suivi de l’accord à rechercher les moyens d’accélérer la cadence, parce que nous ne devons pas perdre de vue que ce qui se passe au centre du Mali est intimement lié à la situation au nord. Nous n’oublions pas que ce sont les mêmes groupes qui ont occupé les régions nord du pays, qui ont dominé une partie du centre, qui ont recruté les populations locales pour leur idéologie violente », a dit Tiébilé DRAME.

Il a fait constater une connexion entre l’État islamique en Irak et en Iran et les terroristes qui opèrent au nord et au centre du pays, notamment, les responsables du MUJAO. D’ailleurs, a-t-il fait savoir, c’est le gouverneur de Gao et le porte-parole du MUJAO pendant l’occupation qui se trouvent être parmi les principaux responsables de l’État islamique au grand Sahara dans le Gourma malien et au nord-est de notre pays. C’est dire combien les liens sont intimes entre ce qui se passe au nord du Mali et ce qui se passe au centre. Il en veut pour preuve le fait que ce soient les colonels et les commandants venus du nord qui ont attaqué nos garnisons au centre du pays, que ça soit à Dioura, à Guiré, à Soumpi, à Nampala. C’est la raison pour laquelle, le ministre DRAME pense donc que ‘’nous devons avoir une vision d’ensemble de cette crise malienne et nous devons trouver la raison à accélérer la mise en œuvre de l’accord’’.

Respect des symboles de l’État

Il a insisté sur le fait qu’il est important que des dispositions de l’accord relatives à l’exercice de la souveraineté du Mali sur l’ensemble de son territoire soient appliquées par tous. Que les dispositions de l’accord relatives au respect de l’intégrité territoriale du Mali, à l’unité nationale du Mali, à la forme laïque et républicaine de l’État soient appliquées et le corolaire de ces dispositions est le respect des symboles de l’État, le drapeau national et le chant du Mali. Pour lui, il est important que tous les signataires de l’accord, le gouvernement comme nos frères des mouvements jouent leur partition avec un engagement sincère et avec détermination.

« Devant ce Comité de suivi de l’accord, au nom du président de la République du Mali, du gouvernement, je dis solennellement que le Mali souhaite que le drapeau malien soit respecté partout sur le territoire national ; que le drapeau malien flotte sur l’ensemble du territoire malien y compris à Kidal. Que les manquements que nous avons constatés ces dernières années soient un mauvais souvenir d’autant que nous voulons tous aller vers une révision constitutionnelle consensuelle », a exigé le Chef de la diplomatie malienne.

Enfin, Tiébilé DRAME a soutenu que ‘’nous devons veiller tous ensemble pour que les obstacles à cette révision constitutionnelle consensuelle soient levés. Et qu’ils seront levés quand les attributs de la souveraineté du Mali seront exercés sur l’ensemble du territoire malien. Enfin, il a souhaité l’engagement de tous les acteurs afin que le Mali retrouve son unité et que la réconciliation nationale soit faite.

Abdoulaye OUATTARA

Afrikinfos-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur