Mali : Les engagements du président de la Transition en six points

Bamako, 25 sept (AMAP) Officiellement installé, vendredi, dans ses fonctions de chef de l’Etat, Bah N’Daw a esquissé ses ambitions en six points qui vont du front sécuritaire à celui de la santé, en passant par l’organisation d’élections propres, la lutte contre la corruption, l’application des conclusions du Dialogue national inclusive (DNI) et le respect des engagements nationaux et internationaux du Mali

REVISITER LES TEXTES ÉLECTORAUX – Bah N’Daw sait qu’il doit son accession impromptue à la tête de l’Etat à une action militaire, elle-même dictée par la dégradation du climat sociopolitique, suite aux dernières élections législatives. Ainsi, pendant cette transition, il s’attèlera à corriger « les tares de nos processus électoraux ».

En effet, l’organisation d’élections propres figure en tête des priorités. Et pour cela, il a estimé indispensable de « nous doter de bons textes, de bonnes pratiques, de solides contre-pouvoirs… ». Au nom de la vérité des urnes, qui doit être la seule norme en démocratie, Bah N’Daw s’est engagé à combattre, « sans concession, les scrutins aux coûts astronomiques, la fraude électorale, l’achat de voix, l’incursion de l’Administration dans le processus électoral, la perversion des résultats par les Cours d’arbitrage ».

LES MOYENS DE L’ARMÉE À L’ARMÉE – Ce combat sera mené concomitamment avec la guerre contre le terrorisme, que « nous devons gagner totalement et durablement ». Pour y arriver, le nouveau chef de l’Etat entend combiner les efforts politiques et l’action militaire. Ainsi, il a jugé indispensable de se « doter de moyens les plus dissuasifs possible à travers une armée aguerrie, matériellement soutenue et moralement prête ».

“Désormais, a-t-il insisté, les moyens de l’Armée iront désormais totalement à l’Armée et seulement à l’Armée. Et chaque centime investi pour la défense et la sécurité de ce pays sera surveillé et évalué.

IMPUNITÉ ZÉRO – Aussi bien que pour l’Armée, la gestion de toutes les ressources publiques sera de rigueur. « La gestion de nos ressources, de nos maigres ressources est, en effet, une obligation », dit-il.  Ce sera là un chantier de la Transition, selon Bah N’Daw qui ne promet pas  « zéro corruption », mais fera tout pour que «l’impunité zéro soit la norme». D’ores et déjà, il a annoncé que tous les dossiers d’enquêtes réalisées par nos structures de vérifications seront transférés au juge, au besoin.

SUIVRE LES RECOMMANDATIONS DU DNI – Autre engagement fort : la mise en œuvre des conclusions du Dialogue national inclusive (DNI). Il faut s’attendre, dans les semaines à venir, à la mise en place du Comité chargé de la mise en œuvre de ses importantes recommandations.

ENGAGEMENTS NATIONAUX ET INTERNATIONAUX – Lui et son équipe veilleront, également, au respect des engagements nationaux et internationaux du Mali. En effet, selon le chef de l’Etat, la transition qui s’ouvre ne remettra en cause aucun engagement international du Mali ni les accords signés par le gouvernement. Autrement dit, l’Accord pour la paix et la réconciliation sera appliqué et ne sera révisé que d’accord partie…

COVID – Enfin, les efforts contre la Covid-19 seront maintenus. « Il importe pour ce faire, de capitaliser les réussites, renforcer la prévention par le respect des mesures barrières. A aucun moment, nous ne devons baisser la garde », a-t-il déclaré. Le gouvernement de transition qui sera incessamment formé fera de cette lutte une de ses plus grandes priorités.

Ces engagements du chef de l’Etat sont inspirés de la Charte de la Transition.  S’il doit “donner (sa) vie pour que cette période Transitoire soit menée à bon port”, Bah N’Daw a assure qu’il n’hésitera “pas une seconde”. “Au terme de cette mission, dit-il, sa plus grande satisfaction résidera dans la passation de témoin au futur président de la République élu, élu proprement et élu”.

ID/MD (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur