Mali : la délégation de l’Union Africaine rencontre les partis politiques

En visite dans le pays depuis le 14 juillet dernier, la mission du Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union Africaine a eu un moment d’échange avec les acteurs politiques ce vendredi 16 juillet 2021 à l’hôtel Radisson collection.

 

Il s’agit pour la mission conduite par l’ambassadeur Victor Adeleke, représentant permanent de la république fédérale du Nigeria auprès de l’Union Africaine de s’imprégner du point de vue des hommes politiques sur la marche de la transition.

A cet effet, plusieurs partis politiques ont répondu présent dont le Parena, la Codem ou encore Yelema.

Lors de l’entrevue, les principaux sujets ont porté sur les assises nationales, l’organisation des élections de 2022, et l’organe unique de gestion de ces élections.  « Nous leur avons dit que nous accompagnons la transition. Mais que nous trouvons qu’elle est lente. Nous avons également parlé des assises nationales que nous jugeons inopportunes aujourd’hui. Compte tenu de l’urgence et du temps qui reste il faut faire une croix là-dessus. Ils ne feront pas d’assises plus représentative que le dialogue national qui a déjà eu lieu. Il suffit d’appliquer ce que dit le dialogue. », explique M. Alassane Abba, secrétaire général, CODEM.

En ce qui concerne l’organe unique de gestion des élections. Le représentant de la CODEM, rassure que son parti est favorable à sa mise en œuvre, mais pas pour le moment. « Le temps ne nous permet pas de mettre en place un vrai organe capable de couvrir le territoire et d’organiser les élections en si peu de temps. C’est impossible », trouve-t-il.

Contrairement à lui, M. Hamidou Doumbia, Secrétaire politique du parti Yelema, opte pour l’organe unique et pense que c’est possible de le mettre en œuvre avec les élections de 2022.

« Tout ce que l’ensemble de la classe politique souhaite c’est l’organisation des élections dans les délais. Tout ce qui ont pris la parole ont exigé cette recommandation qui cadre aussi avec ceux de la CEDEAO et de l’Union Africaine », explique-t-il.

Pour sa part le chef de la mission de l’Union Africaine, a dit prendre bonne note de toutes les inquiétudes. Et rassure qu’une fois arrivée à Addis-Abeba qu’il en discutera avec les responsables de l’organisation.

Par la même occasion, une décision sera prise de lever ou non la sanction du Mali. La mission qui s’achève ce samedi 17 juillet 2021, avait rencontré, entre autres, le Président du conseil national de Transition et le Premier Ministre.

Ce dernier, selon l’envoyé de l’Union Africaine, lui a promis la levée très prochainement des restrictions contre l’ex président de la transition Bah N’Daw et de son ancien Premier Ministre Moctar.

Aly Ascofaré

Source : Journal Du Mali

Suivez-nous sur Facebook sur