Mali : après les législatives à Bougouni, Zoumana N’Tji parle

Ce Vendredi, 15 mai 2020 sous un beau temps à Bougouni, la population (vieux, femmes, jeunes, tous petits) était sortie massivement pour accueillir et accompagner l’enfant du terroir, Me Zoumana N’Tji DOUMBIA au siège de la section RPM de Bougouni. Dans son allocution, le député sortant de Bougouni, Me Zoumana N’Tji DOUMBIA, candidat perdant aux législatives de 2020 à tenu à remercier ses militants et sympathisants pour leur mobilisation. Avant de terminer, il a invité chacun au calme et à la retenue après les manifestations de colère qui ont accueilli le verdict de la Cour constitutionnelle dans la capitale du Banimonotié.

 Arrivée deuxième au premier tour des législatives (29 mars 2020), la liste RPM-URD-MPM, conduite par Me Zoumana N’Tji DOUMBIA, avait réussi à renverser la tendance au second tour en surclassant la liste adverse (CDS-MOGOTIGIYA-ADEMA-PASJ-CODEM). Mais, c’était sans compter avec la Cour constitutionnelle qui a annulé plusieurs bureaux de vote favorables à cette liste avant de déclarer, contre toute attente, l’alliance CDS-MOGOTIGIYA-ADEMA-PASJ-CODEM vainqueur du scrutin. L’Arrêté de la Cour avait été suivi de vives manifestations dans la capitale du Banimonotié.  Le vendredi dernier, profitant de sa présence à Bougouni, l’ex-député a appelé ses partisans au calme et à la retenue.

 

Voici la transcription de son message en Bambara

« Je rends grâce à Allah ! L’évidence crève les yeux.  Je suis comblé par votre mobilisation pendant les élections, et je suis là pour vous remercier pour ça. L’opinion nationale et internationale est fondée sur le fait que c’est vous les vrais vainqueurs de ce scrutin. Cela doit nous combler. Dans la vie, l’homme suit son destin.  Nous devons nous en remettre à Allah qui est le meilleur juge. Je suis peiné pour vous, car je ne serais rien sans vous. Mais j’aimerais que vous compreniez ce qui s’est passé n’affecte en rien mon amour pour la patrie. Je reste disponible et engagé pour tout ce qui concerne Bougouni. Ce que je vous demande, c’est de faire preuve de retenue. Je comprends vos colères. Quoi qu’il arrive dans la vie, il faut s’en remettre à Allah.  Cela me rappelle ce qui est arrivé à mon père Ibrahim Boubacar KEITA en 2002. Sa victoire avait été confisquée, malgré la douleur, il s’en était remis à Allah. Moi, Zoumana N’Tji, je demande de faire pareil.  Quand j’arrive à Bougouni, je rentre la tête haute, tout comme vous l’êtes ici d’ailleurs. Car, tout le monde sait qui a gagné. Mais si on te confisque ta victoire, il faut t’en remettre à Allah. Dieu juge tout. Je prie le Tout-Puissant pour que je ne sois pas ingrat avec vous. Je prie Dieu pour qu’il nous donne d’autres victoires. Je prie pour la paix et la stabilité au Mali et la prospérité de Bougouni.  Je vous invite à vous engager entièrement pour la cause de Bougouni. Ne cédez pas à la violence, car les conséquences risquent de retomber sur nous-mêmes. Restons toujours unis et mobilisés. Que Dieu vous bénisse ! »

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur