Majorité présidentielle: la CCM dénonce le « béni-oui-ménace du ministre Boubacar BAH oui » de l’EPM à IBK

L’Alliance Ensemble pour le Mali (EPM) n’est pas une force de proposition, mais une force d’accompagnement. C’est moins la conviction des membres de la Coalition des anciens candidats de 2018 pour le Mali (CCM) qui étaient, ce samedi 22 juin 2019, face à la presse, à la Maison de la presse. C’était à la faveur du lancement de leurs activités qui s’inscrivent, dans le cadre du soutien au président IBK.

Des membres de la Coalition des anciens candidats de 2018 ont animé un point de presse, ce week-end. Il a eu lieu à la Maison de la presse et était animé principalement par le porte-parole de la CCM, Niankoro Yeah SAMAKE, en présence de Mamadou Oumar SIDIBE, de Mme Kanté Djénéba N’DIAYE et du représentant de Kalifa SANOGO. Ni Modibo KONE ni Harouna SANKARE n’était par ailleurs représenté à la conférence encore moins présent.

À l’allure d’un meeting d’information politique, le point de presse rentrait dans le cadre de lancement officiel des activités des anciens candidats de 2018. Outre les actions à mener, il a porté sur la récente décision de la Coalition de suspendre ses activités dans l’EPM. Des frustrations sont à l’origine à cette décision, a soutenu le porte-parole de la CCM qui n’a pas apprécié notamment le fait que l’EPM ait soutenu une fronde contre l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye MAIGA contraint au départ. Ce qui est contraire à l’esprit de soutien et de solidarité dans la majorité présidentielle.

« Face à l’abus de confiance, l’EPM s’est érigée contre le gouvernement de Soumeylou Boubèye MAIGA. Nous nous ne sommes pas reconnus dans cette position de l’EPM », a évoqué M. Niankoro Yeah SAMAKE. Aussi, a-t-il estimé, au sein de l’EPM, ils n’ont pas pu véritablement et effectivement apporter leur soutien au président Ibrahim Boubacar KEITA. À cause de cette situation, des membres de la CCM ont souhaité établir une relation directe avec le président de la République lui-même en suspendant leur participation aux activités de l’EPM, a ajouté le leader politique de l’Action civique et patriotique (PACP).

Quant au candidat Mamadou Oumar SIDIBE, il reproche à l’EPM de ne pas être une force de proposition. « Le soutien au président veut dire être une force de proposition pour un Mali meilleur. Notre objectif, c’est le Mali et rien que le Mali. Nous n’avons pas senti l’EPM comme une force de proposition. Elle est une force d’accompagnement. Et nous, dans la coalition des anciens candidats, nous allons être une force de proposition et d’accompagnement », a-t-il soutenu.

De son côté, l’ancienne candidate Mme KANTE Djénéba N’DIAYE estime qu’au sein de l’EPM, ils n’ont pas eu la place qu’ils devraient mériter en tant que des anciens candidats à la présidentielle de 2018. De même, à l’image de M. SIDIBE, elle confirme que l’Alliance Ensemble pour le Mali (EPM) fait un accompagnement aveugle du président IBK. « À l’EPM, tout est oui, oui, oui », a-t-elle soutenu.

Par ailleurs, M. Niankoro Yeah SAMAKE, a réaffirmé que la CCM suspend sa participation aux activités de l’EPM, mais elle restera jusqu’à preuve du contraire un soutien aux actions du président Ibrahim Boubacar KEITA.

« Nous sommes des anciens candidats, nous avons déjà des propositions dans presque tous les secteurs dans nos respectifs projets de société. Nous pouvons les mettre à la disposition du président IBK dans le cadre de l’exécution de son programme de gouvernance », a indiqué le porte-parole de la CCM.

Également, il a abordé la polémique autour de leur lettre adressée au président de l’EPM suite aux questions des journalistes. En effet, après avoir rendu public le contenu de cette correspondance, Harouna SANKARE, membre de la Coalition, s’est opposé à la décision.

« Il y a eu lieu au préalable une concertation. C’est vrai quand on a rédigé la lettre, Harouna SANKARE n’a pas eu connaissance du contenu de la correspondance. Le contenu n’a pas été partagé à tout le monde. Sinon, il avait donné son accord de principe. En tant qu’entité, il a trouvé que cela n’était pas normal et a souhaité par conséquent ne pas être concerné par le contenu de la lettre. C’est une décision que nous comprenons. Au-delà de cela, nous avons échangé et nous sommes toujours ensemble au sein de la Coalition. À ce jour, nous n’avons pas reçu une quelconque démission de Harouna SANKARE », a rappelé M. SAMAKE, avant de laisser entendre qu’ils attendent la position de Modibo KONE.

En marge de la conférence, selon des sources, le premier mandat tournant de six mois a été confié à Mme KANTE Djénéba N’DIAYE.

Par Sikou BAH

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook sur