Mahmoud Dicko, ancien président du Haut Conseil Islamique : ‘’Le peuple est comme le fleuve et le gouvernement est la pirogue…’’

Ce week-end, c’est-à-dire les samedi 03 et dimanche 04 Août 2019, il  y a eu le premier congrès de la Fédération des Associations et Groupements de la Société Civile pour l’Alternance au Mali (FASCAM) à la Maison des Aînés du District de Bamako.

 

Cette importante rencontre s’est déroulée sous le thème suivant : ‘’Ensemble pour un Mali nouveau’’. Ces assises de la Fédération des Associations et Groupements de la Société Civile pour l’Alternance au Mali (FASCAM) se sont  tenues sous le parrainage de l’Imam Mahmoud Dicko, non moins ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) et de Mme Cissé Assoumamo Barry.

Cette occasion a servi de tribune pour le président de cette organisation, M. Amadou Coulibaly, de mettre l’accent sur plusieurs aspects importants. Il a surtout invité les uns et les autres au respect strict de l’éthique et de la déontologie afin de mettre fin à certaines dérives. Il pense que chaque citoyen doit exercer sa profession dans la droiture.  Selon le président de la FASCAM, M. Amadou Coulibaly, notre pays doit redevenir comme le Mali d’hier.  Le  porte-parole des régionaux et des Maliens de l’extérieur, M. Allaye Guindo, a expliqué que toutes les filles et tous les fils du pays doivent se donner la main afin de trouver des solutions pérennes et propices à la crise multidimensionnelle qui secoue le Mali depuis 2012. Il a fait des prières et des bénédictions pour la paix et la réconciliation dans notre pays.

La marraine, Mme Cissé Assoumamo Barry, a fait savoir que les Peuls et les Dogons sont les mêmes au Mali. Mme Cissé a profité de cette opportunité pour laisser entendre ce qui suit : « Nous ne pouvons  pas nous asseoir les bras croisés et regarder le Mali tomber. Nos ancêtres se sont réunis pour former ce pays, pourquoi croiser les bras et regarder les personnes de mauvaise volonté détruire ce pays. Nous devons nous unir pour lutter ensemble ».

Le parrain de la FASCAM, l’Imam Mahmoud Dicko, non moins ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) a rappelé que la volonté d’aimer notre pays est largement suffisante. L’imam Dicko pense que le peuple est comme le fleuve et le gouvernement est la pirogue. Il estime que sans l’un, il n’y aura pas l’autre. Pour lui, quand le Président de la République est bon, le pays le sera aussi, tout comme le chef de famille. Il trouve que le conflit dans la région de Mopti ne vise qu’à nous distraire afin que le peuple ne puisse pas échanger autour de  ce qu’il veut. Le parrain a invité les responsables de la Fédération des Associations et Groupements de la Société Civile pour l’Alternance au Mali (FASCAM)  à œuvrer pour une vraie alternance. Il pense que l’alternance veut dire le changement de ce qui n’est pas bon. Pour lui, il est temps qu’on impose le bon et le vrai.

Abdoulaye TRAORE

source : Kitakuru

Suivez-nous sur Facebook sur