Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme : le Porte-parole du gouvernement fait le point

Le Porte-parole du gouvernement (PPG), Amadou Koita, accompagné de son homologue de l’Economie numérique Arouna Modibo Touré ont animé le point de presse hebdomadaire, le mercredi 7 mars, au siège du Centre d’informations gouvernementales du Mali (Cigma) pour faire le compte-rendu des mesures phares prises lors du Conseil des ministres. Conférence au cours de laquelle il a été annoncé que le gouvernement a examiné et adopté trois projets de décret.

Selon le porte-parole du gouvernement, sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret portant désignation de l’Autorité de coordination de l’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

A ses dires, le présent projet de décret est initié en application de la Loi n°2016-008 du 17 mars 2016 portant loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Il désigne la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) comme l’autorité nationale chargée de la coordination de l’évaluation des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Et d’ajouter que la désignation de cette autorité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du Groupe d’action financière de l’Union économique et monétaire ouest africaine.

Trois projets de décret portant approbation du marché relatif aux travaux de construction de la liaison double terne 225 KV Sikasso-Bougouni-Sanankoroba- Bamako réparti en trois (3) lots :

Lot global I : construction des lignes HTB, pour un montant hors taxe de 47 millions 302 mille 659 Dollars américains, soit environ 26 milliards 631 millions 397 mille 017 Francs CFA et un délai d’exécution de 24 mois, conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise EMC Limited ;

Lot global II : construction de postes, pour un montant hors taxe de 40 millions 628 mille 656 virgule 76 Dollars américains, soit environ 22 milliards 873 millions 933 mille 755 virgule 8 Francs CFA et un délai d’exécution de 24 mois, conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise Tata Projects Limited ;

Lot  global  III :  distribution  et  raccordement  de  Dialakorobougou,  Sanankoroba, Bougouni, Zantièbougou, Koumantou, Kolondiéba, Sido, Kéléya et Niéna, pour un montant de 12 millions 811 mille 495 virgule 70 Dollars américains, soit environ 7 milliards 212 millions 872 mille 79 virgule 1 Francs CFA et un délai d’exécution de 24 mois, conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise Mohan Energy Corporation Private Limited.

Amadou Koita a expliqué que l’exécution du présent marché s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interconnexion Ghana-Burkina-Mali, initié par le système d’échanges d’énergies électrique Ouest-africain. Elle permettra notamment d’augmenter l’offre en ressources énergétiques, d’améliorer la qualité du service public de l’électricité et de contribuer au développement socio- économique des zones bénéficiaires.

Le financement est assuré par Exim Bank de l’Inde.

De l’avis du porte-parole du gouvernement, sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, le conseil des ministres a adopté un projet de décret portant approbation du document de politique nationale des frontières et son plan d’actions 2018-2022.

La politique nationale des frontières et son plan d’actions 2018-2022 ont été examinés par le conseil des ministres en sa séance du 22 décembre 2017.

Pour lui, le présent projet de décret adopté consacre l’adoption formelle de la politique nationale des frontières et ouvre la voie à la mise en œuvre de son plan d’actions.

Quant à son homologue de la Communication numérique, M. Touré a expliqué qu’au cours du conseil des ministres, des projets d’innovation ont été faits. Il s’agit de l’E-Conseil, c’est-à-dire au lieu de faire des nominations sur le papier, ça sera désormais sur les tablettes et d’autres informations. Il permettra non seulement d’économiser les papiers mais surtout la confidentialité  par rapport aux nominations.

Selon lui, deux personnes seront chargées de préparer les nominations. Cela veut dire que même s’il y a fuite, c’est automatiquement connu. Faut-il rappeler que ce nouveau système a été fait par les ingénieurs locaux de l’Agetic en collaboration avec ceux du secrétariat général du gouvernement

Pour finir, le PPG a évoqué la visite du Premier ministre Soumeylou B. Maiga dans la région de Ségou. L’objectif était de réaffirmer l’autorité de l’Etat et signer du coup le retour en force de l’administration et de nos forces de défense et de sécurité.

 

Suivez-nous sur Facebook sur