Les responsables de la COFOP face à la presse : «Le Dialogue National Inclusif a pour objectif de fédérer toutes les forces politiques et sociales autour de l’essentiel qui est de sauver le Mali »

Hier, jeudi 14 novembre 2019, les responsables de la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP) étaient face à la presse à la Maison de la presse de Bamako pour informer l’opinion nationale et internationale de la tenue d’un meeting dans les jours à venir pour sauver le Mali. Au cours de cette conférence de presse, les responsables de la COFOP ont réaffirmé leur adhésion au Dialogue National Inclusif. « A notre avis le Dialogue National Inclusif en cours a pour objectif stratégique de fédérer toutes les forces politiques et sociales significatives autour de l’essentiel qui est de sauver le Mali », a souligné le président de la COFOP, Abdoulaye Amadou Sy.

 

Cette conférence de presse était principalement animée par le président de la COFOP, Abdoulaye Amadou Sy, en présence des autres responsables de la COFOP comme Mamadou Traoré, Sadou Diallo, Amadou Aya, Mady Moussa H Keïta, Badra A Dembélé etc. Dans une déclaration lue par le conférencier, Abdoulaye Amadou Sy, il ressort que depuis fort longtemps, le Mali vit un climat tendu à savoir : la crise sécuritaire latente dans le septentrion et qui s’est aggravée à partir des évènements du 22 mars 2012 conduisant ainsi le pays dans une crise multidimensionnelle qui a provoqué des milliers de morts, de blessés et des sans abris. « L’intervention des forces nationales (FAMa) et internationales (MINUSMA, Barkhane et G5 Sahel) n’a hélas pas pu contenir les différentes attaques et attentats terroristes qui sont perpétrés au quotidien sur pratiquement toute l’étendue du territoire national. Entre autres au tout début, c’est la zone de l’Adrar des Ifoghas qui était menacée, plus tard le centre notamment le delta intérieur et la boucle du Niger ont été touchés. Enfin, le sud aussi n’est plus épargné. Les attaques de nos garnisons militaires de Guiré, de Dioura, de Koury, de Boulkessi, de Mondoro, et d’in Délimane en sont des illustrations. A ceux-ci, il faut ajouter les odieux massacres d’Ogossagou et de Hèrèmakono. Cette liste macabre n’est malheureusement pas exhaustive », a souligné le conférencier. Le Président de la Cofop, Abdoulaye A Sy estime que l’inefficacité de la lutte jusqu’ici menée contre les forces terroristes tient à la dispersion du Centre de commandement des Forces de Défense et de sécurités maliennes avec celui des Forces internationales venues au secours du Mali. A cet effet, il a souhaité la mise en place d’un seul Centre de commandement de toutes les Forces armées qui luttent contre les Forces terroristes sur l’ensemble du territoire malien pour éradiquer le mal. Par ailleurs, le conférencier a mis l’accent sur l’ébullition du front social.

«Les grèves intempestives paralysent la gestion correcte de la chose publique »

« Plus de 90 préavis de grève, les grèves intempestives au niveau de l’enseignement, de la santé, de la magistrature, du personnel des collectivités, de la diplomatie et de celui des finances paralysent énormément la gestion correcte de la chose publique », a-t-il dit. Sur le plan politique, dit-il, la fin du mandat des Conseillers nationaux et la prorogation du mandat des Députés ont été vivement contestées par une grande partie de la classe politique. Selon lui, la seconde prorogation du Mandat des Députés mise en œuvre par le Gouvernement de la République est aussi une violation flagrante de la Constitution du 25 Février 1992. « Par ailleurs la démarche entreprise par le Président de la République et le Gouvernement pour la révision de la Constitution du 25 Février 1992 ainsi que l’Accord pour la Paix n’a pas suffisamment convaincu toutes les forces vives de la nation au point que ces deux dossiers ont suscité beaucoup de questionnements et de réticence de la part de nos populations laborieuses », a fait remarquer Abdoulaye A Sy. Il a, sans ambages, affirmé que la Coalition des Forces Patriotiques (C0F0P) adhère entièrement au Dialogue National Inclusif. «A notre avis le Dialogue National Inclusif en cours a pour objectif stratégique de fédérer toutes les forces politiques et sociales significatives autour de l’essentiel qui est de sauver le Mali. Pour notre part les chantiers qui attentent tout patriote qui aime sans calcul le Mali sont : trouver une solution malienne au problème de sécurité ; recouvrer l’intégrité du territoire national ; décrisper les tensions sociales et instaurer la cohésion sociale ; amorcer la voie d’une réconciliation des cœurs et des esprits entre toutes les filles et tous les fils du pays ; engager des actions salvatrices pour un développement durable du pays tout entier », a-t-il dit. Pour toucher l’ensemble des problèmes saillants du pays, le conférencier a fait savoir que le Dialogue National Inclusif en cours doit traiter la problématique de la fin du mandat des Députés avec la mise en place d’une Constituante et ses prérogatives à défaut d’organisation d’élections législatives crédibles. « En effet, il est temps de reconnaître et d’avoir présent à l’esprit que l’Assemblée Nationale du Mali a terminé son mandat depuis le 31 Décembre 2018. De même nous devons avoir le courage de reconnaître que la situation que nous connaissons aujourd’hui s’apparente fort bien à celle que notre peuple a vécu en 1968 et qui a conduit à l’institution d’une Délégation Législative en lieu et place de l’Assemblée Nationale dont le mandat était arrivé à terme. C’est pourquoi, à défaut d’organisation d’élections législatives libres et crédibles c’est le lieu d’instituer une Assemblée constituante qui accompagnera le Président de la République et son Gouvernement pour remettre sur rails notre Pays. Cette Constituante devra comprendre tous les Segments de la Nation et traiter les problèmes majeurs avec lesquels nous vivons», a expliqué Abdoulaye A Sy. En outre, il a précisé que le dialogue national inclusif doit traiter les réformes électorales, les réformes institutionnelles administratives, territoriales et la décentralisation ; les réformes politiques ; la réforme constitutionnelle ; l’appropriation de l’Accord d’Alger par la relecture et la mise en harmonie de certaines de ses dispositions ; le Dialogue social (éducation, santé, sécurité, justice, problème de migration en général et de l’émigration en particulier) ; le problème du foncier ; la lutte contre la gabegie, la corruption, le népotisme, la pauvreté, la délinquance juvénile et la dépravation des mœurs. « Pour l’atteinte des chantiers susmentionnés la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP) compte organiser un meeting d’appel à tous les patriotes pour unir leurs forces et sauver le Mali », a conclu le conférencier.

Aguibou Sogodogo

SourceLe republicain mali

Suivez-nous sur Facebook sur