Législatives de mars-avril : Le gouvernement recale la Cma sur la question des nouvelles régions

Le scrutin des élections législatives dont le premier tour est prévu le 29 mars prochain aura bel et bien lieu. C’est ce qui ressort de la rencontre, vendredi 14 Février, des membres du gouvernement avec la presse. Au cours de la rencontre qui a permis au département de l’administration territoriale et de la décentralisation d’entretenir les journalistes sur les préparatifs des élections, le gouvernement a levé tout équivoque sur les appels au report et la participation des nouvelles régions au processus.
Pour le gouvernement, les nouvelles régions administratives du Mali ne seront pas concernées par les élections devant aboutir au renouvellement de l’assemblée nationale. « Pour tenir les élections dans ces nouvelles régions, il faut déterminer et connaître le nombre de cercles et de communes de chacune de ses régions. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui » a dit le ministre porte parole du gouvernement, M. Yaya Sangaré.


Dans un communiqué publié ce 25 janvier, relatif à la convocation du Collège électoral pour la tenue des élections législatives, le comité directeur de la CMA, avait posé des conditions pour la tenue des élections dans la partie septentrionale du pays.
« La CMA informe l’opinion nationale et internationale, conformément à toutes les positions observées depuis 2017 dans ce cadre qu’elle ne peut participer dans les conditions du calendrier actuel à des élections dont le collège est déjà convoqué pour un premier tour du scrutin fixé au 29 Mars 2020. Nonobstant la prise en compte du bien-fondé de la Résolution n°1 du Dialogue National Inclusif portant sur la nécessité d’organiser dans les meilleurs délais des élections législatives, la CMA réaffirme que sa participation reste sous réserves de : La diligence d’engager le processus de la réorganisation territoriale et du nouveau découpage administratif ; La prise en compte et en charge dans le prochain processus électoral des Régions de Taoudéni et de Ménaka en plus des Cercles d’El-Moustarat et d’Achibogho dont l’organisation territoriale a été adoptée par le Gouvernement en Conseil de Ministres depuis le 28 Février 2018 ; La possibilité de faire participer les centaines des milliers des refugiés et déplacés internes », disait le communiqué.
Le gouvernement et la Cma ont-ils trouvé un terrain d’entente? En tout cas, le porte-parole du gouvernement rassuré que des listes de candidats à cette élection ont été enregistrés partout dans le pays même à Kidal.
DTK
Source : mali24.info

Suivez-nous sur Facebook sur