Le projet redevabilité publique et participation des femmes au Mali, lancé jeudi

Bamako, 9 août (AMAP) La cérémonie de lancement du projet redevabilité publique et participation des femmes au Mali (RPPFM) a été présidée jeudi à Bamako, par le Premier Ministre, Dr Boubou Cissé, a constaté l’AMAP.

C’était en présence des membres du gouvernement, de l’Ambassadeur du Canada au Mali, Louis Verret, du Vérificateur Général, Samba Alhamdou Baby, des responsables des organismes de lutte contre la corruption au Mali et du Président du Conseil national de la Société civile, Bouréima Allaye Touré.

Financé à hauteur de 4 milliards de FCFA par le Canada et le Mali, ce projet contribuera à améliorer le contrôle des dépenses publiques et renforcer les fonctions de vérification, de reportage, d’enquête et de contrôle de la gestion financière. Il permettra également de renforcer l’implication des organisations de la société civile en général et celles de défense des femmes et des filles en particulier dans la gestion de la chose publique.

Le Premier ministre  a déclaré que « ce projet est le signe de l’excellente relation de coopération qui unit le Gouvernement de la République du Mali et celui du Canada et qu’il est le signe du renforcement de la synergie entre plusieurs acteurs dans l’amélioration de la gouvernance de notre pays ».

« Au-delà de tous les outils que nous pouvons mettre en place, la lutte contre la corruption est d’abord un problème comportemental » a conclu Dr Boubou Cissé.

Le Projet redevabilité publique et participation des femmes au Mali vise à promouvoir une gouvernance responsable et inclusive au Mali à travers un renforcement de trois acteurs clés que sont le Bureau du Vérificateur Général du Mali, le Pôle économique et financier du Ministère de la Justice ainsi que les comités de veille citoyenne de la société civile.

KM (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur