Le président de la République, IBK à propos du sentiment Anti-Français: «Emmanuel Macron me connait assez pour m’imputer le double langage»

Face aux confrères de la Radio Mondiale, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, s’est exprimé au sortir du 33ème sommet de l’Union Africaine (UA). S’il qualifie le député Moussa Diarra de «SINGLETON» dans ses agitations, IBK maintient que la franchise est de mise avec la France sur les défis sécuritaires. Si les confrères de RFI sous-entendent un double langage, BOUA n’a pas mâché ses mots: «Macron me connait assez pour être dans une logique de double jeu. Je peux le dire ce que je pense directement sans passer par ce genre de superflu.»

Le départ ne peut apporter qu’un coup fatal. Le système de renseignement sera renforcé avec l’appui aérien. Le G5 Sahel est en concertation avec eux. De toutes les façons, il y aura un envoyé spécial pour le Sahel.

RETOUR DE L’ARMÉE A KIDAL

Le Chef Suprême des Armées doit être à Kidal. Il prévient sur certaines choses en ces termes: «C’est une marche prudente et décisive pour tous. Le Sahel n’est pas parcouru que par des amis et n’est aucunement un théâtre tranquille. Il est normal que les États-majors soient en alerte pour les Forces Armées Maliennes (FAMAs) reconstituées».

CE FAMEUX DÉPUTÉ SINGLETON

Durant l’interview, le Président Ibrahim Boubacar Kéita a abordé la grogne des populations contre la France. Si les confrères de RFI sous entendent un double langage, BOUA n’a pas mâché ses mots: «Macron me connait assez pour être dans une logique de double jeu. Je peux dire ce que je pense directement sans passer par ce genre de superflu». Interpellé sur ses élus nationaux qui secouent de façon ouverte la politique de l’Hexagone au Mali , il déclare: «Quand aux députés de la majorité , ils peuvent dire ce qu’ils veulent mais devront rentrer dans les rangs. Au RPM il y a que l’élu Moussa Diarra ( de la Commune IV ) qui fait des siennes mais il est singleton», avant d’ajouter :«A ma connaissance d’autres députés n’ont pas été vus dans l’agitation qu’il provoque même si un élément peut parfois entraîner le groupe à la pagaille».

Pour lui, dans cette situation, ceux qui demandent le départ des forces étrangères font des actions contre les intérêts du Mali: «c’est antimalien».

Nouvel Horizon

Suivez-nous sur Facebook sur