Le ministre Amadou Thiam à la rencontre de la Société civile de Koulikoro “Sans réforme sur les questions essentielles de notre gouvernance, notamment la révision constitutionnelle, il ne saurait y avoir de paix durable”

Dans le cadre de l’organisation et de la participation de la Société civile  du Mali au « Dialogue national inclusif », le ministère des Réformes institutionnelles et des Relations avec la Société civile, en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer, a organisé, du vendredi 12 au samedi 13 dernier, dans la grande salle du Gouvernorat de Koulikoro, la rencontre citoyenne  de concertation et de renforcement des capacités de la Société civile de la région.

 

La rencontre était présidée par le ministre lui-même, en présence du représentant de la Fondation Konrad Adenauer, Thomas Schiller, du représentant du gouverneur de la région de Koulikoro, le Conseiller aux Affaires Économiques et Financières, du représentant du Maire de la Commune urbaine de Koulikoro et du Vice-président de la Société civile de la région, Moustapha Diarra.

Cette seconde phase de la rencontre citoyenne régionale et de concertation avec la Société civile, après celle de Kayes, représente pour le ministère un cadre idoine pour échanger et discuter, recueillir les avis et propositions des uns et des autres, en vue d’enrichir le plan d’action du Département et mieux élaborer sa démarche stratégique, fondée sur la participation et l’inclusivité.

C’est pourquoi, le ministre Amadou Thiam a salué l’engagement et l’effort de la Fondation Konrad Adenauer pour une meilleure participation de la Société civile au « Dialogue national inclusif » et manifestés par un appui financier qui a permis de tenir cette rencontre citoyenne et de concertation. « Nous avons voulu la mettre exceptionnellement sous le sceau du renforcement des capacités de la Société civile dans la compréhension et la maitrise des missions, visions, approches du Département, la connaissance des activités phares prévues ainsi que le contexte sociopolitique marqué par la signature le 2 mai dernier, de l’  »Accord politique de gouvernance » et le  »Dialogue social et politique inclusif’‘ », a-t-il précisé.

Et d’ajouter :  » Appelé donc à la noble et exaltante fonction de Ministre chargé des Réformes Institutionnelles et des Relations avec la Société civile, nous nous sommes très vite mis dans une logique véritablement dynamique d’écoute, de concertation citoyenne permanente et de renforcement du dialogue inclusif avec tous les acteurs de la Société civile et des différents niveaux du découpage administratif, village, quartier, fraction, commune, cercle, région et le niveau central « .Ainsi, il dira que notre pays, le Mali, traverse des moments très critiques de son évolution, marqués particulièrement par la persistance de la sempiternelle question de la crise sécuritaire. « A notre humble avis, la paix, la cohésion sociale et la réconciliation nationale demeurent, à n’en pas douter, les passages obligés pour  atteindre un niveau optimum de sécurité capable de poser les jalons d’un développement humain durable « , dira-t-il.

Avant d’expliquer que dans un tel contexte, sans réforme sur les questions essentielles de notre gouvernance, notamment la révision constitutionnelle, il ne saurait y avoir de paix durable.

Soulignant le rôle primordial des Organisations de la Société civile dans le dialogue social recherché, le ministre a annoncé qu’il sera mis en place un Cadre Consultatif de Concertation de la Société Civile (CCSC) pour la coordination et le renforcement des relations entre le Gouvernement et les acteurs de la société civile.

Aussi, dans le cadre du renforcement des capacités de ces organisations, le Département entend-il mettre en place un Fonds d’Appui à la Société civile et surtout réaliser plusieurs rencontre citoyennes et activités de formation.

Rappelons que cette grande rencontre régionale, qui vient après celle de Kayes, a regroupé les représentants des structures faitières nationales de la Société civile, les notabilités de Koulikoro, les organisations spécifiques intervenant dans le domaine des réformes institutionnelles, la presse, les représentants des départements sectoriels, les membres des institutions de la République résidant à Koulikoro, les autorités administratives de Koulikoro.

DS

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur