Le gouvernement malien démissionne face à l’insécurité croissante à la suite du massacre d’Ogossagou

Le Premier ministre malien et l’ensemble de son gouvernement ont démissionné jeudi après que 160 éleveurs peuls ont été tués dans un massacre perpétré par un groupe d’autodéfense ethnique.

Bamako: Mali Premier ministre de et tout son  gouvernement  ont démissionné jeudi, quatre semaines  après  un  massacre  de quelque 160 éleveurs peuls par un groupe ethnique justicier choqué la nation.

“Le président accepte la démission du Premier ministre et celle des membres du  gouvernement “, a déclaré le bureau du président Ibrahim Boubacar Keita.

Cela ne donne aucune raison pour le départ du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga, mais les législateurs ont discuté mercredi d’une éventuelle motion de censure envers le  gouvernement en raison du  massacre  et de l’échec à désarmer les milices ou à repousser les militants islamistes.

Les meurtres 23 Mars par les chasseurs présumés de la communauté dogon sur Ogossagou, un village dans le centre de  Mali  peuplé d’éleveurs peuls rivaux, étaient sanglants même par les normes récentes du  Mali violence toujours aggravation de.

Ils ont suivi l’assaut meurtrier des djihadistes contre un poste de l’armée qui a tué au moins 23 soldats, également dans la région centrale du  Mali , revendiquée par un affilié d’Al-Qaïda qui compte de nombreux pasteurs Fulani dans ses rangs.

Les autorités maliennes ont arrêté cinq personnes soupçonnées d’avoir participé au  massacre . Mais ils n’ont pas encore réussi à désarmer la milice qui, de l’avis de beaucoup, l’aurait organisée, malgré les promesses de Maiga et de Keita de le faire.

La nation en grande partie saharienne est dans la tourmente depuis la rébellion des Touaregs et des djihadistes alliés qui ont conquis la moitié du pays en 2012, poussant les Français à intervenir pour les repousser l’année suivante.

Source: thewire

Suivez-nous sur Facebook sur