La marche d’aujourd’hui : Moussa Timbiné voit la situation autrement !

Au regard de la marche prévue par les mouvements CMAS, FSD et EMK, le président de l’AN  proposerait à Iman Dicko la démission du Premier Ministre au lieu du président de la République SEM Ibrahim Boubacar Keita, chose qui montre l’inquiétude des pouvoirs en place pour la manifestation.

 

La date  du 5 juin sera une date historique dans notre pays, au vu de son caractère instance. Toutefois, elle est appréciée par plusieurs hautes autorités du pays, notamment le gouvernorat, l’AN, etc. L’heure a sonné, nous sommes déjà dans le jour « J » sans doute.  La CMAS, l’EMK et le FDS mobiliseront cet après-midi dans la place de l’indépendance pour dire « NON » au régime d’IBK. Comme convenu, l’objectif de cette manifestation est la démission  du Président de la République IBK. Car selon les manifestants, doit partir pour incapacité notoire à gérer correctement l’État. Une marche que nul ne peut empêcher. À l’Assemblée Nationale, dans un communiqué, le Président de l’AN fait savoir qu’il a adressé une lettre à l’imam Mahmoud Dicko. Et au regard de la situation sociopolitique du pays, elle avait décidé de rencontrer la CMAS le 3 juin dernier. Cependant, le président de l’AN propose à l’imam Dicko la démission du PM à la place d’IBK. Mais cette proposition est sous estimable aux yeux des uns et des autres. À  l’issu de sa première réunion, trois points ont été formulés par les membres du bureau de l’Assemblée Nationale. « Elle souhaiterait faire une collaboration avec les organisateurs de la manifestation après la marche du 5 juin ». Ce souhait pourrait être la raison de semer la démission de PM et son gouvernement pour unifier la situation au sein de ce département ministériel afin d’apaiser l’intention de la population. « C’est elle qui a le pouvoir d’émettre une motion de censure contre le gouvernement de Dr Boubou Cissé et son gouvernement » pour des raisons,  l’AN a le pouvoir de censurer le gouvernement. « Elle ne peut pas dire et non plus le pouvoir de demander la démission du président, mais elle a un pouvoir  de proposer et de mettre en cause la responsabilité du gouvernement ». Ces décisions de l’AN consistent à mettre en œuvre la faute au gouvernement au-delà de toutes ces situations que traverse notre pays. En somme, les difficultés concernant l’éducation, la sécurité, la santé, l’économie, etc. sont toutes imputées au  gouvernement. Attendons de voir quelle serait l’issue de cette manifestation.

Lassana Sow, Stagiaire

LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook sur