Journée internationale des Tics: SOUS LE SIGNE DE MEGA-DONNEES ET SOUVERAINETE NUMERIQUE

Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des télécommunications et de la société de l’information, le ministère de l’Economie numérique et de la Communication a initié, le week-end dernier, une conférence débat sur le thème « Les méga- données et la souveraineté numérique ».

arouna modibo toure economie numerique Communication

La conférence, présidée par Mme Mariko Assan Simbara, conseillère technique a enregistré la présence des directeurs généraux de l’AGETIC, Hamed Camara et de l’AMAP, Abdoulaye Traoré. A cette occasion, le conférencier, Mohamed Diawara, président de l’Association des sociétés informatiques du Mali (ASIM) a expliqué que les méga- données ou masse des données sont constituées de trois éléments : le volume, la production et la variété. Le concept regroupe le stockage, la vitesse de calcul et la règle. Mohamed Diawara a aussi défini la BIG DATTA (masse des données) ou méga- données. La DATTA, selon lui, est la matière première et les données, le patrimoine. Poursuivant, il soulignera qu’en matière de technologie, l’Homme est la première source de données et après, viennent les objets connectés, les réseaux sociaux, les terminaux et autres. Le président de l’ASIM a, par ailleurs, indiqué qu’avec la BIG DATTA, les données de la défense et la géolocalisation des ennemis peuvent être sécurisées. S’agissant de la souveraineté numérique, il ajoutera que c’est un capital permettant de sauvegarder l’ensemble des données de l’Etat. Certains experts en Tic, de leur côté, on fait des contributions. Ainsi, le Dr Anasser Ag Rhissa, expert en Tic, gouvernance et sécurité a estimé que le savoir faire malien doit être valoriser pour la société d’information et des médias afin de garantir la souveraineté du pays. D’autres diront que la BIG DATTA est important pour l’INPS, la CANAM, pour ne citer que ceux- ci, qui ont des données doivant être sécurisées. Pour eux, les données constituent les bases des projets de demain et donc méritent d’être sécurisées. Le modérateur de la conférence, Hamed Camara, lui réjoui de la tenue de la conférence à l’Agetic. Quant à Mme Mariko Assan Simbara, elle a d’abord expliqué que la présente conférence participe de la volonté du département de l’Economie numérique d’impliquer l’ensemble des acteurs du secteur pour son développement. S’agissant des méga-données, elle a indiqué qu’un système de collecte de données massives, générées directement par nous tous, a été découvert contrairement aux anciennes habitudes. Aussi, l’utilisateur, selon, elle est à la source du processus et crée des textes, des images, des vidéos, des données de géolocalisation qui vont, à leur tour, contribuer aux méga-données pour le bonheur des géants de l’internet. Ces masses de données sont sources de commerce et de surveillance pour tous, du citoyen aux Etats, a t-elle souligné. Raison pour laquelle, en marge du thème principal de la Journée, les techniciens en Tic du ministère ont retenu le sous thème « Les méga- données et la souveraineté numérique ». Poursuivant, le responsable du ministère de l’Economie numérique ajoutera que l’écosystème malien a connu de grandes réformes par l’adoption de plusieurs textes pour mieux se prémunir, favoriser le développement des télécommunications/ TIC et protéger les consommateurs. Mais la révolution de ces données de masse ne paraît pas s’inscrire facilement dans les cadres juridiques existants a-t-elle constaté. Cette problématique est l’arme la plus redoutable, de nos jours, en ce sens que les infractions, délits et crimes sont de plus en plus commis à travers l’univers virtuel a-t-elle déploré. Par conséquent, « Notre mission nous impose d’impulser une nouvelle dynamique pour mener des réflexions afin de faire face à ces défis. Surtout que le secteur des télécommunications et de la société de l’information est en perpétuelle évolution », a t-elle estimé. Pour elle, ce qui est aujourd’hui d’actualité ne le sera plus demain et encore moins après demain. Elle a exhorté l’ensemble des acteurs des télécommunications, de la société de l’information et du secteur numérique à se mobiliser autour de ce secteur pour en faire un réel outil de développement de notre économie Abdourhamane TOURE

 

Source: essor

Suivez-nous sur Facebook sur