Front social : le gouvernement annonce une conférence sociale, des syndicats affirment qu’ils n’y participeront pas

Une conférence sociale devrait se tenir au Mali dans les prochains jours. C’est le ministre de l’administration territoriale qui l’a annoncé ce mercredi 12 novembre 2020. C’était au cours d’une rencontre avec la commission électorale nationale indépendante. La rencontre devrait permettre de trouver une solution aux différentes revendications. Mais, d’ores et déjà, certains syndicats annoncent qu’ils participeront pas à ces assises.

 

Alors que le front social est en ébullition, le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation annonce la tenue d’une conférence sociale. Selon le lieutenant colonel Abdoulaye Maïga, ces assises visent à trouver une solution à la grogne sociale à laquelle font face les autorités de la Transition. Depuis quelques semaines plusieurs syndicats de travailleurs observent des mouvements de grève. Parmi eux, les syndicats des travailleurs de l’administration et des collectivités territoriales. Leur mouvement de grève a déjà provoqué la suspension des opérations de révision des listes électorales. Une situation qui inquiète la Commission électorale nationale indépendante où le ministre Maïga s’est rendu ce mercredi 12 novembre. Rappelant que « la perturbation de la révision des listes électorales ne profite à personne», le ministre a demandé aux grévistes de suspendre leur mouvement. « Il est important de mettre entre parenthèse ces revendications le temps d’aller à la conférence sociale afin d’harmoniser toutes les revendications ». Selon Abdoulaye Maïga, « les syndicats et le gouvernement doivent travailler dans un esprit de synergie pour relever ensemble les défis liés à l’organisation des élections en un temps limité ».

Certains des syndicats en grève annoncent déjà qu’ils ne participeront pas à cette conférence. « Nous parlons de paiement de salaire eux ils parlent d’harmonisation des salaires. Cette conférence ne nous concerne pas car nous avons rompu le dialogue avec le gouvernement jusqu’à nouvel ordre », a déclaré Adama Diarra, secrétaire aux revendications du syndicat national des collectivités territoriales en corporation avec les administrateurs civils. « Pendant qu’on était en négociation ils viennent de nommer un Préfet militaire à Niono. Une décision qui viole le décret de nomination des préfets », a martelé le responsable syndical.

En attendant, aucune date n’a été annoncée, pour le moment, concernant la tenue de cette conférence sociale. Au même moment, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), principale centrale syndicale du pays a déposé ce mercredi un préavis de grève de trois jours à partir du 18 novembre prochain.

Pour le politologue, Balan Diakité cette conférence sociale permettra de trouver une solution commune aux mouvements de grève en cours. Il ajoute que lors de ce cadre de négociation chacun fera des propositions pour une sortie de crise.

Source: Studio Tamani 

Suivez-nous sur Facebook sur