Esclavagisme ouvrier à la sucrerie N-sukala de Ségou : La Ministre Racky Talla sabote-t-elle la politique d’emploi d’IBK ?

Les mauvaises conditions de travail, des cas de décès dus à des accidents de travail non pris en charge, toute interdiction de syndiquer et les licenciements abusifs  dont sont quotidiennement victimes les ouvriers maliens de la sucrerie N-Sukala de Ségou sont la preuve de la négligence du Ministre Mme Diarra Racky Talla du Travail et de la Fonction Publique.

Depuis quelques moments, les ouvrières de la société sucrière N-Sukala de Ségou travaillent dans des  conditions comparables à l’esclavagisme moderne. Ce, au vu et au su de toutes les autorités compétentes maliennes, jugées complices avec ceux qui recourent à cette  méthode éhontée. Cela, à commencer par Mme le Ministre Diarra Racky Talla, Chef du Département de tutelle.

De mauvaises conditions de travail aux licenciements abusifs itératifs, en passant par des cas de décès dus à des accidents de travail, non pris en charge par l’Administration Générale de l’usine, les ouvriers de l’entreprise sucrière N-Sukala, sise à Ségou, ne savent plus à quel Saint se vouer.

Plus inadmissible, il leur a été absolument refusé par la Direction Générale de l’usine la mise en place d’un syndicat. Tous les ouvriers qui se syndiquent sont généralement licenciés ainsi que pour tout soutien apporté aux autres travailleurs.

Pis, l’usine deviendrait championne en assassinat.

En effet, le mardi 4 juillet dernier, un jeune ouvrier a été assassiné dans un champ de canne à sucre par un Gendarme de l’Escadron de Markala,  engagé par la Direction Générale de N-Sukala. Cet assassinat est le 4e  du genre qu’enregistre l’usine N-Sukala depuis son ouverture en 2011, après la mort d’une femme enceinte, écrasée par un camion de l’usine. Sans qu’aucune assistance de l’usine ne s’en est suivie.

Depuis que les ouvriers dénoncent cette situation digne d’un autre siècle et réclament l’augmentation des salaires ainsi que leur prise en charge sanitaire, l’Administration est restée aphone.

La rencontre, il y a quelques mois de l’ex-ministre du Développement Industriel,  Mohamed Aly Ag Ibrahim et sa collègue Diarra Racky Talla du Travail et de la Fonction Publique avec les Administrateurs de N-SUKALA, les ouvriers et l’Administration de Ségou n’ont fait bouger d’un iota la Direction de la société qui voit de mauvais œil les revendications ouvrières contenues dans le cahier de doléances.

«Après ce passage des autorités ministérielles, la situation des ouvriers de la société s’est empirée», nous a indiqué une source bien informée. L’Administration de N-Sukala dont la Présidence est exercée par un Chinois (car, la Chine détient 60% des actions) et la Sous-présidence par le Mali qui détient les 40% restants, ne cesse non seulement d’intimider tout ouvrier qui évoque la question du cahier de doléances, mais aussi licencie purement et simplement.

Des sources concordantes renchérissent que l’affaire portée plusieurs  fois devant l’Inspection de Travail n’aboutit jamais. Et nos sources d’enfoncer le clou en dénonçant des pratiques peu orthodoxes de certains acteurs du Département du Travail et de la Fonction Publique et de l’Inspection régionale du Travail. Selon eux, l’Administration de la sucrerie N-Sukala achète le silence de tous ces cadres. Ce qui laisse les ouvriers à leur triste sort. Un doigt accusateur est singulièrement pointé sur la Ministre Diarra Racky Talla qui brille par manque de volonté, de pragmatisme à faire respecter les lois du travail  en République du Mali.

La situation est ahurissante et détonante à N-Sukala où l’exploitation de l’Homme par l’Homme s’érige en règle. L’esclavagisme longtemps révolu   est désormais légion à la sucrerie de N-Sukala.

Il est inadmissible que l’Etat malien laisse cette situation perdurer. Les autorités compétentes ne doivent pas cautionner qu’une entreprise de ce genre interdise à ses ouvrier de syndiquer, de réclamer l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, et leur prise en charge en cas d’accident de travail.

Est-ce qu’il ne s’agirait pas par là d’un acte de sabotage de la politique de l’emploi du Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéïta ? Rien n’est moins sûr au regard de ces indices. Mais, le Ministre de l’Emploi est fortement sollicité pour bien savoir de la situation. Car, Il y va de la sauvegarde des emplois et la stabilité sociale au sein de la Société.

Cyril ADOHOUN

Observatoire

Suivez-nous sur Facebook sur