Enlevement de Soumaïla Cissé : Les organisations nationales et internationales condamnent

Le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé et sa délégation en campagne dans le cercle de Nianfunké aux comptes des élections législatives, sont portés disparus depuis le mercredi 25 mars, ils ont été enlevés par les hommes armés, selon la cellule de crise de son parti. Son enlevement est condamné par la Minusma et la CNDH.

Selon Me Demba Traoré, chargé de la communication de l’URD, l’honorable Soumaïla Cissé et sa délégation de 12 personnes ont quitté le village de Saraféré vers 15h30, ce mercredi, pour relier une autre localité située à un vingtaine de kilomètres. Au cours du trajet, les deux véhicules de la délégation, scindés en deux groupes, ont subi des tirs des hommes armés inconnus qui ont fait deux blessés et un mort. Aussitôt, a-t-il poursuivi, les ravisseurs ont libéré les blessés, le défunt et deux autres personnes non blessées.

« Les blessés sont : Amadou Yattara, un ami personnel de Soumaïla Cissé et un certain Vieux Banou. Son garde du corps Mohamed Cissé qui a succombé à ses blessures et les deux blessés ont été conduits à l’hôpital de Nianfunké », précise le conférencier.

Avant de poursuivre que le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé et les six autres membres de la délégation ont été enlevés par leurs ravisseurs pour une destination inconnue. « Pour le moment, le chef de file de l’opposition n’est pas libre. Nous n’avons pas d’informations qui attestent qu’il a été libéré. Les ravisseurs n’ont pas réclamé de rançons, mais nous pouvons vous dire que lui et les six autres personnes se portent bien », a ajouté Me Demba Traoré, qui, au nom du parti de l’URD, a condamné l’enlèvement de leur mentor à quelques jours du premier tour des élections législatives.

La MINUSMA est préoccupée par l’enlèvement, du chef de file de l’opposition malienne, l’honorable Soumaïla Cissé, ainsi que celle d’une partie de sa délégation en campagne pour les élections législatives dans le cercle de Niafunké, lit-on dans un communiqué de l’organisation onusienne au Mali.

La MINUSMA répond aux sollicitations des autorités maliennes et prend les dispositions qui s’imposent pour appuyer les opérations en cours. Par ailleurs, la MINUSMA organise actuellement les évacuations médicales des blessés de la délégation, précise le communiqué.
Même son de cloche au niveau de la CNDH. La Commission Nationale des droits de l’homme (CNDH), a appris avec consternation et tristesse l’enlèvement de l’Honorable Soumaila Cissé et une partie de sa délégation en campagne électorale dans le Cercle de Niafunke dans la soirée du 25 mars courant. Le bilan du rapt fait état d’un mort et de plusieurs blessés. À ce jour, l’Honorable Soumaila Cissé et une partie de sa délégation restent introuvables. La CNDH présente ses condoléances les plus attristées à la famille du disparu, et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Aussi, elle: condamne avec fermeté cet acte barbare et ignoble ; se réjouit de la prompte implication des autorités dans la recherche des personnes enlevées; demande au Gouvernement et aux forces partenaires du Mali de tout entreprendre, en vue de retrouver l’Honorable Soumaila Cissé et les membres de sa délégation sains et saufs, tout en rappelant  l’obligation de l’État d’assurer la sécurité, la protection des personnes et de leurs biens sur l’étendue du territoire national.

Paul Y. N’GUESSAN

Source: Bamakonews
Suivez-nous sur Facebook sur