Dr Oumar Mariko, président de SADI : « Les militaires français sont sous le contrôle d’une vision politique »

Après l’artiste international Salif Keïta, l’honorable Oumar Mariko a profité d’une conférence de presse de son parti, SADI, le lundi dernier, pour cracher ses vérités sur la présence militaire française au Mali.

 

Le député élu à Kolondièba a affirmé que les militaires français ne peuvent pas faire du bien au Mali, parce qu’ils sont sous le contrôle d’une vision politique. Oumar Mariko n’a pas encore désarmé contre la France. En plus de son soutien à Salif Keïta et  du recadrage de l’Ambassade de France, il a fait des révélations croustillantes concernant l’intervention française au Mali. Toutes les politiques obscures au Mali ont été dénoncées par le président du SADI. D’entré de jeu, Oumar Mariko a déclaré son soutien sans faille à l’artiste international malien. « Nous soutenons Salif Keïta ; il a dit en sa manière ce que beaucoup de Maliens pensent », a-t-il déclaré. Le député opposant estime que le Président doit écouter le message de son cadet ; IBK a intérêt à écouter son petit frère plutôt que d’écouter des communiqués bidon de l’Ambassade de  la France qui se croit en terre conquise.

Oumar Mariko confirme les propos de Salif Keïta en donnant comme exemple la déclaration de l’indépendance de l’Azawad faite par le Mnla dans les Champs-Elysées. Quoi de plus juste que de dire que le MNLA a fait son apparition sur le Champ Elise, et a demandé l’indépendance d’une partie du territoire du Mali, inscrit aux Nations-Unies comme la France. Selon lui, la France ne peut pas démentir ce fait. Dès lors que le MNLA a dit sur les Champs-Elysées, nous voulons proclamer l’indépendance d’un pays souveraine inscrit aux Nations-Unies sur le territoire d’un autre pays. qu’est-ce que les Français peuvent encore attendre des Maliens, déclare-t-il pour parler de la responsabilité de la France dans la crise malienne. Le président du parti SADI, comme beaucoup d’autres Maliens, dénoncent le communiqué de l’Ambassade de France sur la sortie de Salif Keïta. « Nous déplorons l’attitude de l’Ambassade de France face à la sortie d’un citoyen du Mali qui s’est adressé à son grand frère et qui a effectivement porter des propos que tous les Maliens entendant à longueur de journée à l’encontre de la France », a déclaré Oumar Mariko.

Pour lui, le communiqué du diplomate français viole les procédures. Au lieu d’étudier d’analyser sereinement ces propos, l’Ambassade de France fait appelle à son jeu favori, la violation de toutes les procédures diplomatiques, a-t-il déploré. Le Président du SADI dit haut et fort ce que beaucoup pensent bas. Il va au-delà de la déclaration de Salif Keïta en accusant la France de vouloir soumettre davantage les pays africains à sa volonté, recoloniser les pays africains, liquider les Etats nations et faire place à son capital financier. Aussi, selon lui, les Présidents Nicola Sarkozy et François Hollande étaient des dictateurs qui ont fragilisé l’Afrique. Pire, selon Mariko, Hollande a modifié la lettre de Dioncouda Traoré pour favoriser l’intervention militaire française au Mali.

Pour Oumar Mariko, l’armée française est sous le contrôle d’une vision politique au Mali et elles ne peuvent pas faire du bien. La vision politique actuelle en France, c’est de soumettre davantage les pays africains, de recoloniser les pays africains, de liquider les Etats nations et de faire place au capital financier français, a-t-il révélé. Oumar Mariko a précisé que le combat n’est pas contre le peuple français, qui, à ses yeux, n’est pas ennemi du peuple malien, mais contre les dirigeants français. « Nous ne nous trompons pas d’ennemi ; le peuple français n’est pas ennemi au peuple malien », précise-t-il. A ses dires, quand les Maliens ont été chassés du Foyer en France, ce sont des Français de souche, sérieux, qui ont compati à la douleur et qui continuent de compatir à la douleur de ces Maliens. Il faut préciser qu’Oumar Mariko a toujours sa position critique contre la France depuis 2012. Il a été présent à toutes les manifestations à Bamako pour dénoncer le double jeu de la France au Mali.

Lamine Sissoko

Le Démocrate

Suivez-nous sur Facebook sur